Actualités, articles, interviews

1  

Arbitrage à 3 : retours d’expérience !

Auteur : Horse Ball Ile-de-France | Date : 29-01-2016

Premiers retours de l'expérimentation du système d'arbitrage
Horse Ball Ile-de-France

C’était un moment attendu : dimanche 24 janvier 2016 la 5ème journée du championnat Amateur Mixte d’Ile-de-France était le théâtre de la première expérimentation d’une nouvelle forme d’arbitrage sur des matchs officiels. Trois rencontres étaient ainsi arbitrées sans arbitre à cheval, mais avec un arbitre de chaise situé au centre d’un grand côté, et deux arbitres à pied situés en diagonale l’un de l’autre dans les zones des 15 derniers mètres sous les buts. Chacun de ces deux arbitres de zones sont donc mobiles, pouvant ainsi accompagner la progression des actions pour se placer au mieux, et se protéger si besoin de la sortie intempestive d’un cheval.

Dans ce dispositif, chaque arbitre est équipé d’un sifflet et d’un talkie-walkie pour communiquer si besoin avec ses partenaires. Et surtout, chaque arbitre est responsable d’une zone et a une liste de missions précises en fonction de sa place : par exemple décompte des passes, des 10 secondes et gestion complète de la touche pour l’arbitre de chaise, alors que les arbitres de zones surveillent les fautes dans les 15 mètres (prises de bras, priorités de ramassage, trajectoires) ou valident les buts. Chaque arbitre devient tour à tour décisionnaire et assistant, puisque quand l’action se déroule dans une zone, les arbitres des deux autres zones peuvent signaler une faute à l’arbitre qui en a la charge.

A l’issue de ces 3 matchs, nous avons demandé aux protagonistes du jeu de nous livrer leurs impressions et leurs commentaires pour ajuster au mieux le dispositif. Et les retours s’avèrent être positifs, même chez ceux qui n’étaient pas conquis dès le départ : "j’étais très intrigué par le fait qu’il n’y ait plus d’arbitre à cheval, et je me demandais comment cela allait se passer", nous explique Julien Lemaire, capitaine de l’équipe de Mash B. "Et bien non seulement cela ne m’a posé aucun problème, mais en plus j’ai trouvé cela plus agréable pour le jeu car on n’a pas été gênés !" Un point de vue repris par Laure Lasbareilles, la capitaine de Chambly D : "j’aime l’idée que le terrain soit uniquement pour les joueurs car il peut arriver que l’arbitre se trouve sur nos trajectoires".

Arthur Ailloud, qui a testé ce dispositif en tant qu’arbitre, se dit lui aussi "agréablement surpris" alors qu’il se sentait "plutôt défavorable à ce nouveau dispositif". En cause pour lui, plus de sérénité et de froideur en arbitrant, du fait d’être hors du jeu. Un sentiment que partage Marceau Tassin, joueur de Chambly C : "Il est difficile pour un joueur de garder sa concentration et son sang-froid pendant un match, il en est de même pour un arbitre. L’idée de rajouter un arbitre et de diluer la pression et la responsabilité du match ne peut donc qu’être bénéfique pour notre sport". Julien Lemaire (Mash B) l’a bien ressenti : "En temps normal on peut sentir qu’au fil du match l’arbitre n’a plus la même concentration ni la même patience. Là avec la répartition des responsabilités on sent que chacun des arbitres finit le match plus frais et plus disponible".

Mais au delà de ce confort pour les joueurs et pour les arbitres, quel apport sur la perception des fautes et la communication entre les joueurs et les arbitres ? Pour Théo Nebout, joueur de Longueil, "on entend mieux les priorités de ramassage parce que l’arbitre est plus proche". Sa coéquipière Capucine Ehkirch va dans le même sens : "on se sent plus observé, c’est presque stressant !". "A l’inverse de ce que certains peuvent dire, j’ai trouvé les arbitres plus proches du jeu qu’un arbitre à cheval : avec ce système on sent bien la présence des arbitres, on les entend bien, notamment dans les 15 derniers mètres… cela devrait inciter chaque joueur à faire plus attention !", explique Julien Lemaire. Même sentiment chez Théo Nebout : "Certaines fautes qui n’étaient pas vues quand il n’y avait qu’un arbitre à cheval sont maintenant plus visibles : il va falloir qu’on s’adapte !"

Il reste encore quelques points à optimiser mais des enseignements encourageants ont déjà pu être tirés de ces trois premiers matchs de test. D’autres seront mis en place pour affiner la proposition : les prochains tests sont prévus le 21 février à Chambly à l’occasion d’une journée Club.

Vos commentaires

Publié par MICHOU le 08-02-2016 14:30

deja je suis surpris qu, entre sportif que ce soit joueurs ou arbitres ont ce critique au temps, les arbitres sont tres souvent critiques par l equipe qui a perdu.
sans ces juges de terrain le sport ne ressemblerai rien , il faut admettre que l erreur est humaine.
le nouveau principe d arbitre a trois , sans l avoir pratique ,je pense a la securitee des arbitres au sol qui me semble place dangereusement, car cet souvent a cet emplacement que les chevaux sortent le plus souvent du terrain .sur certain match en tant que coach je me suis deja vu masque par plusieurs chevaux regroupes sur l ,action de jeux et de ne pas pouvoir definir la faute , je pense que l arbitre place derrier le boudin laterale juste dans le premier metre serai plus en securitee place a cette endoit il pourrait voir tous les sorties de terrain et se trouve plus justement en face de l action du jeu, place sur une chaise qui le securise et lui permet de voir le jeu en face

Réagissez à cet article
  1.   caractères de aA à zZ, 0 à 9 et signes - . _
  2.   entrez le code sur votre gauche *
  3. Les opinions émises n'engagent que leurs auteurs. L'équipe de www.horse-ball.org se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises. * Champs obligatoires