Actualités, articles, interviews

0  

Horse Ball World : TAHITI !

Auteur : www.horse-ball.org | Date : 29-06-2020

INTERVIEW
Antonin Mianne - Tahiti (France) - Lundi 29 Juin 2020

Il y a quelques semaines, la FIHB a annoncé le report de la Coupe du Monde de Horse ball qui devait se tenir à Saint Lô en août prochain. C’est donc du 16 au 21 août 2021 que se tiendra cette grande manifestation.
 
A l’occasion de cette actualité internationale, l’équipe de ww.horse-ball.org a souhaité aller à la rencontre des différentes responsables des nations qui pratiquent le horse ball à travers le monde.

Direction Tahiti, un territoire français d'outre-mer, avec l’interview du Conseiller Technique pour la Fédération Polynésienne d’Equitation : Antonin Mianne !

Horse Ball

Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre rôle dans le horse ball ?

. Antonin Mianne : Je m’appelle Antonin Mianne, je suis Conseiller Technique pour la Fédération Polynésienne d’Equitation, c’est moi qui, avec mon épouse, ai initié le horse ball en Polynésie. Aujourd’hui je donne les cours et coach les différentes équipes.

Could you please, present yourself and describe your role in the horse ball sport ?

. Antonin Mianne : My name is Antonin Mianne, I am Technical Advisor for the Polynesian Riding Federation, it was me who, with my wife, initiated horse ball in Polynesia. Today I teach and coach different teams.

Depuis combien d’années le horse ball est-il pratiqué à Tahiti ?

. Antonin Mianne : Nous le pratiquions sans réel cadre depuis un moment mais tout s’est structuré et organisé en 2016 avec la venue d’amis spécialisés dans la discipline. Nous avons accueilli Dominique Bouchery avec un coach de chez lui, spécialisé sur les petits, Florent Courcelles, et sa fille Margaux Bouchery. Cette formation a été l’élément déclencheur...

For how many years has horse ball practiced in Tahiti ?

. Antonin Mianne : We have been practicing it without a real framework for a while, but everything was structured and organized in 2016 with the arrival of friends specialized in the discipline. We welcomed Dominique Bouchery with a coach from his home, specializing in children, Florent Courcelles, and his daughter Margaux Bouchery. This training was the trigger...

Comment le horse ball est-il apparu à Tahiti ?

. Antonin Mianne : Tout d’abord lors des fêtes du cheval, comme distraction pour le public, nous faisions des démonstrations de horse ball. Puis progressivement, par notre volonté fédérale d’ouvrir l’équitation à d’autres disciplines notamment collectives, nous avons peu à peu mis en place des cours ponctuels qui sont devenus de plus en plus réguliers. Cela a vite été l’effet boule de neige et beaucoup de cavaliers ont eu envie de venir essayer le horse ball.

How did horse ball appear in Tahiti ?

. Antonin Mianne : First of all during horse festivals, as a distraction for the public, we demonstrated horse ball. Then gradually, through our federal desire to open up riding to other disciplines, in particular collective, we have gradually set up one-off courses which have become more and more regular. It quickly had the snowball effect and many riders wanted to come and try the horse ball.

Comment le horse ball est-il organisé à Tahiti ?

. Antonin Mianne : Aujourd’hui à Tahiti, le horse ball est une discipline comme une autre, fortement lié à la Fédération car les cours sont donnés par une personne de la Fédération. Les élèves viennent des différents clubs et se regroupent pour participer à ces cours fédéraux selon leur âge et leur niveau. Cela permet un superbe « melting pot » dans une ambiance formidable sans clivage de clubs. Nous avons refait une formation avec des intervenants métropolitains en février 2020. Chaque année, depuis 2016, nous venons participer avec une équipe au grand tournoi de horse ball. Nous avons maintenant un championnat polynésien avec 4 rencontres officielles par saison.

How is horse ball organized in Tahiti ?

. Antonin Mianne : Today in Tahiti, horse ball is a discipline like any other, strongly linked to the Federation because the lessons are given by a person from the Federation. Students come from different clubs and come together to participate in these federal courses according to their age and level. This allows a perfect "melting pot" in a great atmosphere without cleavage of clubs. We re-trained with metropolitan stakeholders in February 2020. Each year, since 2016, we come to participate with a team in the horse ball tournament. We now have a Polynesian championship with 4 official matches per season.

Quel est le nombre d'équipes et le nombre de pratiquant à Tahiti ?

. Antonin Mianne : Nous avons 2 équipes Benjamins, 2 équipes Poussins, 2 équipes Cadets  et 1 équipe Juniors et plus.

What is the number of teams and the number of practitioners in Tahiti ?

. Antonin Mianne : We have 2 Benjamins teams, 2 Poussins teams, 2 Cadet teams and 1 Junior team and more.

Comment la discipline est-elle perçue à Tahiti ?

. Antonin Mianne : Le horse ball est très bien perçu. Tout d’abord, c’est un sport collectif, ce qui le rend plus attrayant que d’autres disciplines aux yeux d’une population qui n’a pas historiquement de culture équestre. Ensuite, c’est un sport très visuel et assez facile à comprendre dans les grandes lignes. Il y a de la vitesse, de l’intensité dans les actions et du contact ce qui plait beaucoup à une population Maori de l’hémisphère sud qui aime les sports comme le rugby et dont il retrouve les valeurs au travers du horse ball. Lors des rencontres en match, avoir des horaires précis de départ et fin sur un temps limité (30mn par match) rends l’accès à la compétition plus facile pour le public.

How is the discipline perceived in Tahiti ?

. Antonin Mianne : Horse ball is very well perceived. First of all, it is a collective sport, which makes it more attractive than other disciplines in the eyes of a population which has historically had no equestrian culture. Then it’s a very visual sport and fairly easy to understand in broad outline. There is speed, intensity in actions and contact which pleases a Maori population in the southern hemisphere who likes sports like rugby and whose values they find through horse ball. During the matches, having precise start and end times over a limited time (30 minutes per match) makes access to the competition easier for the public.

Quels sont les points forts ainsi que les difficultés que vous rencontrez pour développer le horse ball ?

. Antonin Mianne : L’un des points forts est la complicité entre les clubs permettant de mutualiser. Cela permet d’avoir des groupes complets pour travailler dans de bonnes conditions et avoir des confrontations dès l’entrainement. Nos excellentes relations avec la France et certains experts de grande qualité, toujours prêts à nous aider dans le développement de la discipline. Les points faibles restent le manque de rencontres, pas assez de cavaliers par tranche d’âge, pas de terrains gonflables… et l’éloignement.

What are the strengths as well as the difficulties that you encounter to develop horse ball ?

. Antonin Mianne : One of the strong points is the complicity between the clubs making it possible to mix. This allows you to have complete groups to work in good conditions and have confrontations during training. Our excellent relations with french people and some high quality experts, always ready to help us in the development of the discipline. The weak points remain the lack of meeting, not enough riders per age group, no inflatable grounds ... and the distance.

Quels sont les principaux objectifs et les projets de développement pour le horse ball dans les prochaines années ?

. XAntonin Mianne : Nous souhaitons en priorité « professionnaliser » et structurer la pratique du horse ball. Nous travaillons depuis un moment à l’acquisition d’un terrain de horse ball afin de pratiquer la discipline dans les conditions de sécurité adaptées. Mais surtout, nous voulons que nos équipes arrivent en métropole avec le moins de retard et de surprises possibles. L’acquisition d’un terrain permettra d’avoir des repères spatiaux égaux aux horse-balleurs de métropole et de mettre les petits, Poussins et Benjamins, dans des conditions similaires aux matchs métropolitains. Les jeunes arrivent souvent à Lamotte un peu perdus. Nous espérons avoir cette année une subvention du pays nous permettant d’investir. Je pense aussi que sans formation nous n’évoluerons pas. Il est important, malgré notre éloignement, de faire venir régulièrement des experts de la discipline de métropole pour nous épauler. J’essai de former nos meilleurs horse-balleurs à l’encadrement des jeunes pour que petit à petit, ils prennent la relève et que différents coachs encadrent l’activité. Il en est de même pour les parents impliqués que nous formons à la table de marque et à l’arbitrage pour avoir de plus en plus de personnes à tirer cette discipline vers le haut. Sans le coronavirus, cette année, nous devions envoyer trois équipes en métropole pour le Grand Tournoi, une de Poussins, une de Benjamins et une de Cadets… Pas si mal pour un pays à 18000 kms ! Cela ne serait pas envisageable sans notre amitié de très longue date avec Meurchin Equitation et Dominique Bouchery qui a toujours tout fait pour nous soutenir.

What is the main focus and the development projects for the horse ball in the coming years ?

. Antonin Mianne : Our priority is to "professionalize" and structure the practice of horse ball. We have been working for a while on the acquisition of a horse ball field in order to practice the discipline under suitable security conditions. But above all, we want our teams to arrive in France with as little delay and surprise as possible. The acquisition of a land will provide space benchmarks equal to the horse-ballers of metropolitan France and put the Cadet, poussins and Benjamins, in conditions similar to metropolitan matches. Young people often arrive in Lamotte a little lost. We hope to have this year a grant from the country allowing us to invest. I also think that without training we will not evolve. It is important, despite our distance, to regularly bring experts from the metropolitan discipline to support us. I try to train our best horse-ballers in the supervision of young people so that little by little, they take over and that different coaches supervise the activity. It is the same for the parents involved that we train at the scoring table and in arbitration to have more and more people to push this discipline up. Without the coronavirus, this year, we had to send three teams to mainland France for the Grand Tournament, one from Poussins, one from Benjamins and one from Cadets… Not bad for a country at 18,000 km! This would not be possible without our long-standing friendship with Meurchin Equitation and Dominique Bouchery who has always done everything to support us.

Merci pour vos réponses. Bon courage pour le développement du horse ball dans votre pays et à bientôt sur les terrains.

Thank you for your answers. Good luck for the development of the horseball in your country and see you soon on grounds.

Réagissez à cet article
  1.   caractères de aA à zZ, 0 à 9 et signes - . _
  2.   entrez le code sur votre gauche *
  3. Les opinions émises n'engagent que leurs auteurs. L'équipe de www.horse-ball.org se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises. * Champs obligatoires