Actualités, articles, interviews

3  

L'organisation Federale du Horse Ball !

Auteur : O.Leschiera | Date : 13-10-2016

Les chroniques d'Olivier - Jeudi 13 octobre 2016

L'ORGANISATION FEDERALE DU HORSE BALL
INTERVIEW DE JULIEN THIESSARD (Président de la Commission Fédérale de Horse Ball)

Alors que la saison 2016/2017 a déjà commencé dans nos régions et que celle des circuits fermés se prépare avec Rosières aux Salines et Macon en ligne de mire, j’ai voulu échanger avec Julien THIESSARD avec sa casquette de Président de la Commission Fédérale de Horse-Ball. L’occasion de lui demander des éclairages sur les missions de cette commission au sein de la FFE et surtout de parler de l’ensemble des évolutions qui seront mises en œuvre cette saison au sein de notre sport. Une interview qui permettra à toutes et tous de mieux savoir et comprendre qui fait quoi et comment !

Julien Thiessard
Président de la Commission Fédérale de Horse Ball

. Olivier Leschiera : Bonjour Julien. Peux-tu s’il-te-plait nous préciser les missions majeures de la Commission Fédérale de Horse-Ball que tu présides ? Quelle est son articulation avec la FFE ?

. Julien Thiessard : Bonjour Olivier. Tout d’abord, il faut savoir que la Fédération Française d’Equitation est une très grosse structure. Elle occupe la 3ème place au rang des fédérations sportives françaises en termes de nombre de licenciés, derrière le Football et le Tennis et juste devant le Judo et le Basket ! Aussi, la Fédération Française d’Equitation est l’une des plus grosses fédérations équestres au monde (si ce n’est la plus grosse !). Pour rester dans les chiffres, le horse ball compte environ 200 clubs et 3500 pratiquants en compétition. Contrairement aux idées reçues, notre discipline est majoritairement féminine : environ 60% de femmes contre 40% d’hommes. Les cavaliers se répartissent entre 56% de pratiquants de 18 ans et moins, contre 44% de pratiquants de plus de 18 ans. Enfin, en termes de nombre d’engagements annuels, le horse ball se place derrière les 3 disciplines Olympiques (le CSO, le Dressage et le CCE).

Pour mieux comprendre le rôle que joue la Commission Fédérale de horse ball, il est important de comprendre comment s’articule la fédération dans les grandes lignes. Comme toutes les fédérations, nous avons un Président élu suite à une Assemblée Générale (c’est aujourd’hui Serge Lecomte). Ce dernier est entouré d’une vingtaine d’élus qui forment le Comité Fédéral. Ce Comité décide des orientations et des actions de la fédération. Ce sont ensuite les différents services de la FFE qui ont en charge de mettre en œuvre la politique décidée par le Comité. Ces services sont nombreux : communication, informatique, juridique, comptabilité, formation…
Il existe aussi une branche de la FFE complètement dédiée à la gestion sportive des différentes disciplines : la Direction Technique Nationale (DTN). Notre Directrice Technique Nationale se nomme Sophie Dubourg. Son rôle est de gérer l’ensemble des 30 disciplines que compte la fédération (en suivant les directives du Comité Fédéral). Pour cela, Sophie Dubourg s’appuie sur plusieurs adjoints. Depuis quelques années, c’est Martin Denisot qui est le Conseiller Technique National en charge du horse ball. Il est lui-même assisté de Cindy Bonneville. Le horse ball compte également un sélectionneur et entraîneur National, Raphaël Dubois, qui est missionné par la FFE afin d’organiser et préparer les échéances internationales des équipes de France (en fonction des compétitions, il peut se faire "épauler" par des entraîneurs adjoints).

Vient ensuite la Commission Fédérale de horse ball… entre politique et sportif, la Commission est en lien direct avec le Comité Fédéral ainsi qu’avec les techniciens de la DTN. Elle est composée d’un Président nommé par le Comité Fédéral (moi-même, Julien Thiessard) et d’un représentant du Comité Fédéral (Jean-Luc Auclair). Lors de nos réunions, Martin Denisot ainsi que Raphaël Dubois sont également présents. Il n’y a pas de "membres" permanents. En fonction des sujets et projets qui sont à l’ordre du jour, nous invitons des personnes motivées à intervenir. Par exemple, lors de notre dernière réunion officielle en avril/mai dernier, Denis Boulard, Clément Picard et Florian Moschkowitz étaient autour de la table de réunion.

La commission se réunit officiellement au moins une fois par an… mais nous avons presque quotidiennement des échanges et discussions. Les missions de la commission sont multiples (règlements, développement…). Dans tous les cas, la commission est force de proposition. En effet, toutes nos décisions, propositions, suggestions, projets… sont soumis au Comité Fédéral avant mise en oeuvre par les services de la Fédération.

Pour résumer, les personnes en charge du horse ball à la FFE sont au nombre de 4 : Martin Denisot (CTN), Cindy Bonneville (Secrétaire), Raphaël Dubois (Sélectionneur) et moi-même (Président de la Commission)… Pour compléter cet "organigramme" (qui n’en est pas vraiment un), il est important d’associer les 8 responsables de zones qui oeuvrent sur les terrains des différentes régions en étroite collaboration avec la fédération : Nadine Lypca (Normandie), Jean-Philippe Berthon (Rhône Alpes), Christophe Desormeaux (Sud Ouest), Yves Tosetto (Est), Dominique Bouchery (Nord), Baptiste Auclair (Ile de France), Frederic Goisbault (Centre / Ouest) et Jonathan Rouvière (Sud Est).

Serge Lecomte
Président de la Fédération Française d'Equitation
Sophie Dubourg
Directrice Technique Nationale

Enfin, j’ai été nommé officiellement par le Comité Fédéral au poste de Président de la Commission en avril 2015, succédant à Axel Bourdin (maintenant en charge de la gestion du Parc Equestre de Lamotte-Beuvron) : la date de ma nomination (très proche de la fin de la saison) ne m’a pas permis d’agir profondément sur la mise en place de la saison dernière. La fin de mandat des commissions sportives interviendra le 24 novembre prochain au même moment que l’Assemblée Générale Elective de la FFE. Ce n’est qu’après ces élections et le renouvellement des instances dirigeantes, que les commissions seront de nouveaux constituées.

. Olivier Leschiera : Durant l’été, nous avons tous pris connaissance du nouveau règlement qui rentre en vigueur cette saison. Peux-tu s’il-te-plait nous expliquer comment cette mise à jour a été faite et validée avant d’être diffusée ? Notamment depuis combien de temps travailliez-vous sur ce sujet ?

. Julien Thiessard : La saison de horse ball débute au mois de septembre pour se terminer au mois d’août. Nous travaillons saison par saison ! La mise en place de la saison 2017 qui débute a donc été entamée en… juillet 2015 ! D’après le projet global que j’ai en tête, différents "sujets" sont à l’ordre du jour. C’est donc à partir de ces thèmes que nous travaillons pendant environ 7 à 8 mois. Nous échangeons régulièrement avec les pratiquants et avançons pas à pas dans nos réflexions. Au fils de nos discussions, nous constituons une petite équipe spécialisée et motivée sur les différents dossiers, l’objectif étant d’arriver à effectuer une réunion de la commission au mois d’avril afin de présenter tous les projets aboutis. Ensuite, les propositions ainsi que la nouvelle version du règlement sont soumis à la validation du Comité Fédéral. Nous avons ensuite entre 2 et 3 mois pour finaliser/ajuster/modifier/annuler tous les documents nécessaires à la mise en place de la saison. Enfin, avant la mise en ligne des éléments, le règlement comme tous les documents sont "mis en circulation" au sein des services de la FFE (DTN, juridique, informatique...) pour une dernière relecture et leur validation.

Mais le horse ball ne se résume pas à des modifications des règles du jeu et à un calendrier, ce n’est que la partie visible de l’iceberg ! Les sujets sont très nombreux et chaque modification réglementaire implique d’autres actions (informatique, documents, procédure...). Il faut différencier les précisions et ajustements réglementaires qui émanent des problèmes rencontrés au fil de la saison et les modifications de fond. Les travaux touchent également des sujets moins "voyants" pour les pratiquants : l’informatique, les règlements des championnats de France, le cursus et les listes des officiels de compétition, le cahier des charges à destination des organisateurs, la réflexion sur le dossier de candidature pour le calendrier, l’organisation régionale, les équipes de France... Tous ces sujets s’imbriquent les uns dans les autres ! A ce jour, nous sommes déjà tournés vers la saison 2018 tout en ayant un oeil sur la mise en place des nouveautés de la saison qui va débuter.

Martin Denisot
Conseiller Technique National Horse Ball
Raphaël Dubois
Sélectionneur et entraîneur National de Horse Ball

. Olivier Leschiera : Explique-nous s’il-te-plait ce qui a motivé ce nouveau règlement qui présente, à mes yeux, des modifications importantes par rapport aux saisons précédentes ?

. Julien Thiessard : Le règlement a toujours subi des ajustements d’une saison à l’autre : c’est une évolution normale de notre jeune discipline. Tout au long de la saison, nous repérons des incohérences, avons des idées nouvelles pour dynamiser le jeu ou encore moderniser la gestion de la discipline. Il est cependant vrai que pour cette saison 2017, les modifications et nouveautés sont nombreuses par rapport aux 10 dernières années. Je crois que cela s’explique par mon désir de faire avancer/bouger les choses en les inscrivant dans un projet global à plus ou moins long terme. Si j’ai accepté de présider la commission fédérale de horse ball, ce n’est évidemment pas pour rester immobile ! L’objectif est de structurer la discipline sur tous les sujets, mettre en avant ses points forts et travailler à la réparation de ses points faibles... c’est pour moi une obligation pour plusieurs raisons. Tout d’abord pour permettre aux acteurs d’évoluer dans de bonnes conditions techniques, logistiques, administratives et sportives. Mais aussi car une base saine va nous permettre de construire des actions de développement plus efficaces et percutantes !
Structurer la discipline est à mon sens essentiel afin de lui permettre d’assimiler sereinement d’autres changements. Pour exemple, certains (peut-être trop impatients) ont le désir de mettre en place des règles comme le temps de jeu effectif, en passant par un temps de possession de balle ou encore le tir à 2 points et la mise en place d’un système de prison comme au hockey sur glace… Au-delà du fait que ces idées ne sont absolument pas nouvelles puisqu’elles alimentaient déjà notre imaginaire il y a plus de 15 ans, il est évident que la discipline n’a pas aujourd’hui l’organisation logistique, technique, administrative… suffisante pour la mise en place sereine de ce genre de modifications. Mon objectif est donc de permettre, à l’avenir, d’intégrer ce type de nouveautés en ayant préalablement fait le nécessaire pour que cela soit possible sur le terrain. Nous pourrons peut-être intégrer le tir à 2 points grâce à la mise en place du nouveau système d’arbitrage… ou encore nous appuyer sur des personnes préalablement formées à la gestion de la table de marque et sur les aspects administratifs (ce que nous entamons avec la création du poste de chronométreur) pour véritablement réfléchir à d’autres projets d’évolution ! Dans tous les cas, mon rôle est de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et de garder à l’esprit que toutes les règles exprimées dans notre règlement de horse ball, doivent s’appliquer autant aux joueurs de Pro Elite qu’à nos jeunes cavaliers Moustiques.

. Olivier Leschiera : Il y a beaucoup de nouveautés dans le règlement : peux-tu stp nous expliquer comment bien les repérer ?

. Julien Thiessard : Rien de plus simple : il suffit de regarder dans la marge à gauche... Les modifications sont indiquées par un trait noir. Mais je conseille à tous les acteurs du horse ball de le lire intégralement (vraiment !) ! La connaissance de ce document facilite énormément le déroulement des compétitions. Le règlement est tout simplement la base de notre sport. Il est commun à tous les acteurs de notre discipline. De ce fait, sa connaissance permet à tout le monde (dirigeants, joueurs, entraîneurs, soigneurs, officiels de compétition, organisateurs…) de mieux comprendre (et donc d’accepter) les interventions/décisions des uns et des autres !

. Olivier Leschiera : Outre le règlement Horse-Ball 2017, quels sont les autres documents de référence à connaitre ?

. Julien Thiessard : Tout au long du règlement et sur différents sujets, il est fait maintenant référence à des documents ou formulaires disponibles sur www.ffe.com, notamment :
. Règlement Horse-Ball 2017
. Calendrier saison 2016/2017
. Liste et habilitations des Présidents de jury pour la saison 2017
. Guide de l’arbitre : 3 arbitres à pied
. Responsables et Référents d’arbitrage des zones de qualification Amateur et Amateur Féminine 2017
. Quotas des zones de qualification Amateur et Amateur Féminine 2017
. Formulaires administratifs : Demande de participation "Jeunes Chevaux", Entente de clubs, Transfert de joueur et d’entraîneur, Transmission entre deux clubs d’une saison à l’autre.
. Fiche d'information sur la commotion cérébrale en pratique sportive.
. Tirages au sort 2017 : Pro Elite, Pro Elite Féminine, Pro, Pro Féminine, Amateur Elite, Amateur 1, Amateur Elite Féminine.

D’autres documents sont en cours de réalisation et devraient prochainement être disponibles (Guide de l’arbitre : 1 arbitre à cheval et arbitre référé / Cursus de formation, d’évaluation et de promotion des officiels de compétition / Cahier des charges organisateurs / Règlement Grand Tournoi 2017...).

. Olivier Leschiera : Parmi les nouveautés de la saison 2017, quelles sont selon toi les 10 évolutions à retenir en priorité ? Pourquoi avez-vous mis en œuvre chacune de ces nouveautés ?

. Julien Thiessard : Difficile de n’en sortir que 10 car toutes les modifications ont une importance à mes yeux à des niveaux différents. D’une manière générale, le règlement a subi un lifting de fond. Et comme je l’ai déjà indiqué nous veillons a ce que le règlement puisse s’appliquer aussi bien aux meilleures joueuses de la catégorie Pro Elite Féminine, évoluant au Salon du Cheval de Paris devant 3000 spectateurs, que sur un terrain familial mettant en présence des enfants et leurs poneys pour une rencontre de la catégorie Moustiques. J’ai veillé, a le calquer sur la réalité du terrain, à l’uniformiser et à "reclasser" les articles ! Ce travail n’empêchera pas que, durant la saison, nous constaterons qu’il subsiste des incohérences ou encore des manques... Nous relèverons et prendrons note de ces remarques afin d’ajuster la prochaine version du document.

En ce qui concerne les principales modifications, voici ce qu’il faut retenir à mon sens :

. Dans un souci d’uniformisation et de simplification (administratives et informatiques), les circuits Pro Elite, Pro Elite Féminin, Pro, Pro Féminine, Amateur Elite, Amateur Elite Féminin et Amateur 1 seront soumis à la même procédure d’engagement pour participer aux étapes de compétition, à savoir : un engagement obligatoire de l’équipe le lundi précédent la compétition avec un maximum de 10 joueurs, 10 chevaux et 2 entraîneurs. Chaque équipe pourra ensuite effectuer des engagements sur le terrain dans la limite de 2 joueurs, 2 chevaux et 1 entraîneur par rencontre.
Sur le même thème, il faut également noter la création de la catégorie Pro Féminine. Cette création est tout simplement le fruit de l’évolution du horse ball féminin.

. Au niveau des règles du jeu, nous avons modifié l’endroit où se joue la pénalité n°3 afin de faciliter, notamment, le nouveau système d’arbitrage avec 3 arbitres à pied. Dorénavant, le placement doit s’effectuer sur la ligne du milieu du terrain où les joueurs le souhaitent.
Aussi, en cas de pénalité n°1, c’est le joueur victime de la faute qui doit se charger de tirer la pénalité. En cas de non disponibilité de ce dernier c’est le capitaine qui doit se charger de cette tâche. Mais attention, en cas d’indisponibilité d’un joueur, ce dernier devra attendre que les arbitres l’autorisent à reprendre sa place sur le terrain ! C’est un principe qui tend à pimenter le jeu... et qui est emprunté au lancer franc au basket-ball.
Enfin, pour les joueurs des circuits Amateur et Amateur Féminine, les cartons obtenus lors des phases qualificatives ne seront pas conservés pour les phases finales des Championnats de France. Ce réajustement est une demande légitime puisque le nombre de rencontres n’est pas le même pour toutes les zones de qualification alors que les cartons sont soumis à un délai de 5 rencontres avant d’être annulés. Nous avons évidemment accédé à cette demande par souci d’équité sportive.

. Pour les équipes des circuits Pro Elite, Pro Elite Féminine, Pro, Pro Féminine et Amateur Elite, il faut retenir 3 modifications importantes.
Tout d’abord, l’obligation de présenter au minimum 5 chevaux à chaque visite vétérinaire mais également qu’un cheval ne peut être présenté que dans une seule équipe par épreuve et par journée. Ces modifications facilitent le déroulement de la visite vétérinaire d’un point de vue administratif mais également pour l’organisation interne des équipes.
Ensuite, nous avons intégré une option "Jeunes Chevaux" pour les cavaliers des circuits Pro n’ayant pas l’autorisation de participer à des rencontres avec des chevaux de moins de 6 ans. C’est une demande récurrente que nous avions depuis plusieurs années. De ce fait, nous avons réfléchi à un système permettant à ces cavaliers de pouvoir "former" des jeunes chevaux en participant à des rencontres de niveau inférieur avec un système de handicap.
Enfin, il faut retenir la modification du système de comptabilité des points pour les circuits fermés ! Le match nul n’existe plus et laissera place à la mort subite avec la possibilité d’obtenir 1 point de bonus défensif aux équipes ayant perdu d’un seul but. La victoire rapportera 2 points, tandis que la défaite sera créditée de 0 point. Les arguments sont divers mais cette modification apportera sans nul doute du piment aux rencontres et aux différents championnats. Une mort subite sur ces niveaux ne durera certainement pas plus de 2 minutes, sachant que sur les 90 rencontres de la saison dernière dans la catégorie Pro Elite, il n’y a eu que 11 matches nuls ! Bien entendu, le meilleur sera toujours champion mais une équipe réussissant à perdre d’un seul but se verra récompenser d’un point à la différence des précédentes saisons ou il n’y avait aucune différence entre une équipe perdant de 10 buts ou d’un seul. Je tiens également à apporter une petite précision concernant la modification de ce système de comptabilité : Pourquoi ne pas avoir intégré un bonus offensif ?... C’est effectivement une réflexion que nous avons eue mais que nous n’avons finalement pas retenue. En effet, cette modification ne concerne que les circuits fermés (Pro Elite, Pro Elite Féminine, Pro, Pro Féminin et Amateur Elite). Ces catégories sont assez différentes en terme de nombre de buts marqués mais aussi en terme de nombre de buts d’écart moyen. Il paraissait donc difficile d’intégrer des bonus offensifs avec un contrat différent en fonction des catégories. Enfin, et ce n’est que mon avis, la mise en place d’un bonus offensif aurait peut-être eu comme effet d’encourager le "tout droit au but" et de creuser encore un peu plus les écarts... et ce n’est pas du tout l’objectif de cette modification. Le principe est uniquement de permettre une distinction entre des équipes qui perdent de 10 buts d’écart et celles qui arrivent à accrocher leurs adversaires. Avec ce nouveau système, les "petits vainqueurs" gagneront seulement 1 point de plus que les "petits perdants"… Par contre, pour être un "super vainqueur" et obtenir 2 points de plus que son adversaire (ce qui est identique à l'ancien système), il faudra avoir 2 buts d’avance au tableau d’affichage lorsque le coup de sifflet de l’arbitre retentira à la fin du temps réglementaire.

. Un gros travail a été effectué au niveau de l’arbitrage et de l’organisation des officiels de compétition. Les objectifs sont simples : valoriser les compétences, avoir des documents de références pour la formation, simplifier et améliorer l’arbitrage ainsi que la relation entre les officiels et les joueurs. De ce fait, cette saison, nous aurons le choix entre 2 systèmes d’arbitrage : à cheval ou à pied. Pour les étapes nationales, le choix des systèmes d’arbitrage sera déterminé par la FFE. Cette "réforme" est accompagnée d’un Guide de l’Arbitrage disponible sur www.ffe.com à destination de tous les acteurs du horse ball afin de comprendre l’intégralité du fonctionnement de ce nouveau système qui a été largement testé la saison dernière. J’ai conscience que cette réforme bouscule des habitudes profondément encrées chez certains, allant parfois jusqu’à une argumentation à charge avant même d’avoir essayé ou pris connaissance du système en toute objectivité. Mais j’ai une entière confiance envers le corps arbitral qui saura, j’en suis certain, mettre de la bonne volonté à la réussite de ce nouveau dispositif. Cette réforme, je l’espère, nous ouvrira de nouvelles perspectives d’évolution et de développement.
Le règlement a également redéfini et détaillé les missions des différents intervenants dans l’encadrement des compétitions. Les arbitres sont dorénavant différenciés des Présidents de jury, les niveaux minima requis pour officier sur les rencontres ont été redéfinis et un système d’habilitation et de quotas a été mis en place pour intervenir en tant que Président de jury.
Nous avons également intégré un nouvel intervenant : le chronométreur. Il sera en charge de veiller à la bonne tenue de la table de marque et des feuilles de matchs, sur le même principe qu’un arbitre officiant sur une étape de compétition.

. Une remise à plat a été effectuée sur l’organisation régionale afin de bien distribuer les rôles et les missions de chacun. Cette réorganisation a pour objectif l’identification précise des responsables des zones géographiques des phases de qualification Amateur et Amateur Féminine. Ces personnes sont, avec responsables fédéraux, les principaux acteurs de notre discipline. Ils sont en lien direct avec le terrain et les responsables des différentes régions (CRE). J’ai souhaité reformuler cette partie du règlement afin de coller avec la réalité du terrain. Nous avons également associé aux responsables des zones des référents d’arbitrage afin d’avoir un lien entre les directives nationales et régionales ainsi qu’un suivi des nouveaux aspirants à l’arbitrage. Cette clarification a enfin pour objectif de s’appuyer sur les connaissances des responsables de zones afin de mettre en place un plan de développement.

. Le règlement 2017 aborde aussi des questions touchant à la sécurité, et notamment des contraintes liées à l’ajustement des casques, à la commotion cérébrale en pratique sportive ou encore à l’interdiction d’utiliser des écouteurs à cheval… Nous avons également interdit tous les éléments qui peuvent, de près ou de loin, altérer l’un des sens de nos chevaux. C’est également le cas pour les équidés borgnes sans expérience qui ne seront pas admis sur les terrains. Il faudra également que les équipes soient vigilantes avec les chevaux de remplacement présents sur le bord du terrain… ils devront obligatoirement avoir un cavalier sur le dos, que ce soit un joueur ou un soigneur. L’équitation est un sport dangereux… et le horse ball est un sport collectif qui met en présence 8 chevaux avec parfois beaucoup de vitesse sur un terrain de 60m par 20m !

. Olivier Leschiera : Pour conclure, sur quoi travaille actuellement la Commission ?

. Julien Thiessard : A mon sens (et cela n’engage que moi), le horse ball entame une nouvelle phase de son développement... En effet, la discipline a vu le jour il y a presque 40 ans. La première étape a été celle des "pionniers", emmenés par Jean-Paul Depons, Philippe Thiebaut et d’autres comme Philippe Karoubi ou Yves Verrier. Ces personnes ont tout simplement crée et bâti les fondations de notre discipline.
Dans les années 90 et pendant 20 ans, le horse ball s’est fortement développé en termes de nombre de clubs et de cavaliers pratiquants, notamment avec l’explosion du horse ball chez les jeunes et la création du Parc Equestre Fédérale de Lamotte-Beuvron.
Depuis ces 10 dernières années, les chiffres du horse ball français restent stables... mais si le nombre d’aficionados n’a pas véritablement évolué, la discipline a, quant à elle, effectué une démarche de qualité très importante... et dans tous les domaines : organisation, arbitrage, dressage et qualité des chevaux, équitation, technique, tactique, présentation... Par contre, durant toute cette période, les aspects structurels, et plus particulièrement la rigueur administrative ainsi que la précision réglementaire, n’ont pas, à mon sens, suivi la même évolution. C’est pourquoi, dès ma nomination au sein de la Commission, j’ai souhaité redéfinir le cadre d’évolution de notre discipline. Cela se traduit aujourd’hui, au-delà des nouveautés touchant les règles du jeu, par tous les réajustements réglementaires, les procédures administratives, la rédaction de plusieurs documents accessibles, une remise à plat des missions, l’anticipation des échéances, la mise en place du calendrier, une réforme de l’arbitrage et du système des officiels de compétition, une refonte du réseau régional... Maintenant que nous avons largement engagé ce travail de fond (que nous devons encore continuer afin que le horse ball puisse se développer convenablement et que les acteurs puissent pratiquer leur sport/passion dans les meilleures conditions), nous allons engager des travaux sur les sujets du développement et de la formation... Après sa naissance, sa croissance et sa progression, le horse ball doit maintenant, à l’aide d’une organisation solide, conquérir durablement de nouveaux pratiquants. Le horse ball régional (fonctionnement, encadrement, développement…) doit particulièrement attirer notre attention afin de donner un nouvel élan à notre discipline.

Je profite d’ailleurs de cette tribune pour passer un message aux personnes désirant participer aux travaux de la commission (ou ayant tout simplement des idées à soumettre), et notamment sur les vastes sujets du développement et de la formation (stratégie, documents pédagogiques...) : je reste ouvert à toutes les propositions constructives et écrites... Etant présent sur les terrains tout au long de la saison, les acteurs du horse ball peuvent m’interpeler facilement ou encore me contacter par email, à l’adresse suivante : .

. Olivier Leschiera : Merci Julien pour toutes ces précisions.

. Julien Thiessard : Merci et bonne saison à tous !

 

Horse Ball

  Olivier Leschiera a découvert le horse ball grâce à ses deux filles qui le pratiquent à Montéclin (Ile de France). Grand amateur de sport en général mais non-cavalier, il s'est épris de cette discipline et a à coeur de partager sa passion, soit en commentant régulièrement des matches (il est l'un des speakers sur l'évènement "Jardy - Horse Ball"), soit en écrivant, notamment sur la page Facebook de la HB little family qu'il a créée en ce sens.

Horse Ball

 

Vos commentaires

Publié par commission le 14-10-2016 21:26

J'espere que la commission n'a pas passe trop de temps sur le cahier des charges de l'organisation des finales feminines, vu qu'en definitive l'organisation revient a un site qui ne peut repondre au premier critere la date prevue...

Publié par Autop le 14-10-2016 17:29

Enfin les mysteres de la FFE expliques clairement. Merci pour cet article tres parlant !

Publié par interressant le 13-10-2016 09:49

Merci pour cet article tres interressant.

Réagissez à cet article
  1.   caractères de aA à zZ, 0 à 9 et signes - . _
  2.   entrez le code sur votre gauche *
  3. Les opinions émises n'engagent que leurs auteurs. L'équipe de www.horse-ball.org se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises. * Champs obligatoires