Actualités, articles, interviews

22  

J.Thiessard : les projets pour 2019 !

Auteur : O.Leschiera | Date : 19-03-2018

Les chroniques d'Olivier - Lundi 19 mars 2018

LES PROJETS POUR LA SAISON 2018/2019
JULIEN THIESSARD
Président de la Commission Fédérale de Horse Ball

Personnage clé de notre sport, Julien Thiessard a tenu à partager les projets sur lesquels travaille actuellement et ardemment la Commission Horse-Ball qu’il préside. Un partage déjà engagé avec la DTN, les officiels de compétition et les équipes des circuits fermés avec beaucoup de projets dans les cartons qui pourraient changer de manière importante la physionomie de notre sport dès la saison prochaine !

. Olivier Leschiera : Bonjour Julien. Nous savons que les échanges sur les évolutions sur lesquelles la commission Horse-Ball travaille sont engagés avec les acteurs de notre sport. Les projets d’évolution semblent nombreux…

. Julien Thiessard : Bonjour Olivier. Effectivement nous avons de nombreux projets pour la saison 2018/2019… et j’insiste sur le terme "projets" ! Le rôle de la commission est d’effectuer des propositions en accord avec la politique fédérale qui seront ensuite présentées au Comité Directeur. La prochaine réunion de la commission est fixée au 24 mai. Je souhaite que l’ensemble du fonctionnement de la saison 2018/2019 puisse être en place dès le début du mois de juillet prochain.

En ce qui concerne les différents projets, j’ai passé une bonne partie des derniers mois à déterminer les grands sujets sur lesquels il me semble intéressant de réfléchir, discuter et agir. Bien entendu, si nous les regardons isolément, ils ne sont certainement pas tous percutants… mais il faut vraiment les voir dans leur ensemble et dans la durée pour bien les apprécier ! Pour proposer ces évolutions, j’ai entendu les critiques régulières qui circulent… et je sais bien qu’il est impossible que tout le monde soit d’accord sur l’ensemble du projet. J’entends les critiques de certains et je sais que ces dernières vont peut-être s’amplifier… mais tous les choix que je fais, c’est parce qu’ils me semblent bons pour le Horse-Ball et parce que j’aime entreprendre, faire les choses. Je ne suis pas dans l’immobilisme et nous faisons bouger les choses dans une discipline en mouvement où il y a beaucoup de choses à faire.

Si la plupart des évolutions ne seront finalisées que pour le mois de mai prochain, certaines décisions doivent être prises rapidement car nous devons lancer les candidatures pour l’organisation du calendrier 2018/2019… et il faut, pour cela, avoir anticipé et figé le format de la prochaine saison (rythme des compétitions, découpages, organisation des circuits et des compétitions).

Après avoir déterminé les grands axes du projet pour la saison prochaine, j’ai souhaité avoir une première discussion avec la DTN afin de valider leurs faisabilités. Je rentre maintenant dans le vif du sujet en débutant la mise en œuvre… Depuis l’étape de Saint Lô, je rencontre les différents acteurs de la disciplines (arbitres, joueurs, entraineurs…) et je souhaite continuer cette concertation qui me permet d’ajuster/modifier/annuler certaines des propositions.

Pour finir, les grands axes des projets pour la saison 2019 s’articulent autour des thèmes suivants : ajustement du calendrier, réorganisation des circuits, retour de la Coupe de France, mise en place d’un plan de développement, simplifications profondes des "conditions de participations", ajustements et modifications du règlement sportif… tout en continuant les travaux visant à améliorer l’organisation administrative et informatique.

. Olivier Leschiera : Commençons donc par parler, dans un premier temps, des différents circuits fermés dans le projet de la saison prochaine…

. Julien Thiessard : Tout d’abord, nous allons ramener l’Amateur Elite sur le même système que l’Amateur 1 (ou l’Amateur Elite Féminine). Nous le savons bien, la mesure sera impopulaire auprès de certains cavaliers mais je peux aussi dire qu’elle n’est pas forcément vue d’un mauvais œil par tous les dirigeants de club. Chaque année, nous devons "repêcher" des équipes pour palier à l’arrêt de collectifs ou de clubs "fragiles" dans les niveaux supérieurs. De plus, nous avons eu cette saison (et cela n’était pas arrivé depuis de nombreuses années) des équipes qui déclarent forfait sur des étapes… Il faudra attendre de connaître l’avenir des équipes Pro Elite et Pro en fin de saison pour savoir combien de formations reviendront finalement dans les régions.

Mon objectif à moyen terme et d’avoir des catégories Pro avec des clubs solides et formateurs… puis des championnats "Amateur Elite" (Mixte et Féminine) qui puissent être une véritable antichambre de ce que nous appelons le "haut niveau". La saison prochaine, les équipes des catégories Amateur Elite et Amateur Elite Féminin disputeront les phases de qualifications puis 3 étapes de championnat… Mon souhait est de faire évoluer ce système dès la saison 2020 aussi bien pour les Mixtes que pour les Féminines afin d’obtenir une compétition plus conséquente avec 4 ou 5 étapes géographiquement réparties et, pourquoi pas, un nombre plus important de formations dans ces niveaux.

Je le répète, je sais que cette mesure va faire grincer des dents, que les cavaliers vont regarder cela d’un point de vue personnellement et à très court terme... Je sais aussi que le sujet de l’Amateur Elite va concentrer toutes les attentions au détriment de tous les autres projets que nous souhaitons mettre en place (et c’est dommage…). Lors de la réunion que nous avons organisé à Deauville, il y avait (si ma mémoire est bonne) au moins 5 représentants de formations Amateur Elite. Ceci étant, il faut voir cette modification avec l'ensemble des projets que nous avons, notamment ce qui va concerner la réforme profonde des conditions de participation (que j'évoquerai ensuite). Nous réfléchissons également, à la possibilité pour un club de pouvoir avoir 2 équipes dans la même épreuve... sachant qu'à ce jour une grande partie des équipes qui évoluent en Amateur Elite disposent d'équipes dans les niveaux Pro et Pro Elite (5 équipes sur 8) ! A cette question (même si il faut encore y réfléchir), la réponse des acteurs de la discipline semble être : non ! Ensuite, le principe global est la mobilité des cavaliers au sein des structures. Cela permettra donc à des joueurs Amateur (et probablement les meilleurs) de venir (en plus de la saison Amateur) se former dans les catégories Pro et Pro Elite avec des équipes de leur clubs (sans véritablement de limitation)... Si nous regardons toutes les équipes Amateur Elite de cette saison 2018, certaines sont fragiles (et ne seront plus là la saison prochaine), d'autres seront probablement "repêcher" en fonction des décisions des équipes Pro Elite et Pro... les autres cavaliers (pour la majorité) pourront, avec la nouvelle politique visant à consolider les clubs et à les placer dans un principe de "formation", intégrer des équipes "Pro" pour quelques rencontres afin de se préparer à court terme à concourir confortablement et durablement dans les circuits fermés. Le projet est également, je le rappel, de mettre en place pour la saison 2020, des circuits Amateur Elite et Amateur Elite Féminin spécifiques et plus conséquents que de ce nous faisons aujourd’hui pour l’Amateur 1 ou l’Amateur Elite Féminine.

. Olivier Leschiera : Le calendrier de la saison va-t-il aussi évoluer ?

. Julien Thiessard : Le calendrier prévisionnel est officiel depuis quelques jours. Les organisateurs peuvent candidater jusqu'au 15 mai prochain. Le calendrier présente effectivement des évolutions fortes : pour les championnats Pro, la saison sera scindée en deux parties. Tout d’abord, un démarrage en septembre jusqu’à début décembre et ensuite de mars à juin ! Une trêve hivernale sera donc mise en place de décembre à février pour les championnats. De plus, 2 étapes dans la saison seront scindées en 2 parties : des regroupements au nord, des regroupements au sud afin de réduire, à 2 reprises, les déplacements longs et donc les coûts. Pour les équipes Pro Elite se sera les 2ème et 6ème étapes qui seront scindées, tandis que pour les championnats Pro Elite Féminin, Pro et Pro Féminin se seront les 2ème et 5ème étapes.

. Olivier Leschiera : Pourquoi cette trêve hivernale ?

. Julien Thiessard : Organiser plusieurs week-ends de compétition en plein hiver nous impose de nous limiter à l’indoor. Le choix est donc plus réduit et même si les sites indoor sont très bien et sont appréciés, nous nous privons d’opportunités d’organiser les épreuves sur d’autres sites et parfois dans d’autres régions pour les Championnats en circuit fermé !

. Olivier Leschiera : Est-ce aussi, comme cela avait été évoqué, pour remettre en place la Coupe de France ?

. Julien Thiessard : Oui, aussi ! La Coupe de France revient ! Le format reste encore à finaliser. Nous travaillons dessus... et c’est assez complexe, rien n’est encore arrêté. Ce qui est certain, c’est que cette compétition sera ouverte au maximum et qu’il y aura une Coupe de France Mixte mais également une Coupe de France Féminine. De septembre à décembre, en fonction des équipes engagées, une phase préliminaire de qualification se déroulera sur les différentes régions entre les formations Club et Amateur. L’objectif n’est évidemment pas de multiplier les rencontres et d’empiéter sur les championnats régionaux… de ce fait, nous allons essayer de mettre en place un système sportif qui n’engagera pas les équipes sur plus de 2 journées par exemple.

Suite à cette phase préliminaire, les meilleures équipes Club et Amateur rejoindront les équipes Pro souhaitant participer à la Coupe de France pour la 2ème partie de l’épreuve. Cette 2ème phase se déroulera sur 2 étapes : l’une au mois de janvier (sur différentes parties de la France) et l’autre au mois de février qui serait une étape nationale. En mixtes comme en féminines, l’idée serait de disputer les 1/8 et les 1/4 de finale lors du rendez-vous national du mois de janvier afin de déterminer, in fine, les équipes qui joueront ensuite le titre…

. Olivier Leschiera : Où et quand ?

. Julien Thiessard : A Lamotte Beuvron lors du Grand Tournoi pour offrir aux jeunes cavaliers et leurs familles un beau spectacle sportif ! Cette compétition de club me semble idéale pour s’intégrer au Grand Tournoi… les supporters seront au rendez-vous pour encourager leurs équipes favorites, leurs clubs ou exprimer leur attachement à une formation de leur région.

. Olivier Leschiera : Sur quel autre axe la commission travaille-t-elle particulièrement ?

. Julien Thiessard : La deuxième priorité, c’est la réforme des conditions de participation aux compétitions !

. Olivier Leschiera : Pourquoi ?

. Julien Thiessard : Parce que c’est devenu un véritable casse-tête pour les équipes, les cavaliers, les dirigeants, les entraineurs mais aussi pour la Fédération ! Des questions administratives arrivent tous les jours. Il faut simplifier les choses, les rendre plus lisibles et pratiques.

. Olivier Leschiera : Comment ?

. Julien Thiessard : Par des critères simples et objectifs permettant de déterminer si on peut, ou non, participer à telle ou telle épreuve : date de naissance, sexe, club d’appartenance, licence… Dans l’idée je souhaiterais plus de flexibilité au sein des clubs. Par exemple, un cavalier pourra jouer dans une catégorie Pro uniquement s’il a une licence Pro prise dans le club avec lequel il joue, mais pourra aussi évoluer dans la division inférieure (Amateur) à condition de jouer dans son club d’appartenance (modulo du nombre maximal de joueurs ayant une licence supérieure au sein d’une équipe). Idem pour un joueur avec la licence Amateur qui pourra aussi bien jouer en Amateur qu’en Club à condition de jouer dans son club… Il serait assez fastidieux d’expliquer ici l’ensemble des principes, mais le nombre de pages difficiles à appréhender sur ces sujets pourrait singulièrement diminuer dans le règlement ! Evidemment, le principe de transfert serait toujours à l’ordre du jour… et nous réfléchissons aussi à un principe de "prêt de joueur" ! Pour résumé, cela pourrait être une modification majeure allant dans le sens de la simplification, des clubs et de la mobilité des cavaliers au sein des structures.

. Olivier Leschiera : Une telle mesure va faciliter et renforcer les grands clubs, non ?

. Julien Thiessard : Oui et non… Il serait mal venu de pointer du doigt les gros clubs qui présentent des collectifs solides depuis des années. Dans le même temps, toutes les structures pourront continuer de fonctionner comme elles le font aujourd’hui. Nous allons engager des réflexions afin de mettre en place des "gardes fous" pour les uns et des "solutions" pour les autres. Outre la simplification, le principe global est que les joueurs puissent jouer d’avantage s’ils le veulent, mais aussi que les données règlementaires permettent véritablement aux structures de se placer dans une logique de formation !

. Olivier Leschiera : Est-ce que cela veut dire que ce sera la fin des ententes ?

. Julien Thiessard : C’est à réfléchir… tout comme la possibilité ou non pour un club d’avoir, dans les circuits fermés, 2 équipes dans la même épreuve… La priorité qui m’anime, c’est de faire des choses plus simples, plus faciles à comprendre : c’est vrai pour les conditions de participation aux épreuves mais c’est aussi vrai pour le règlement, l’administratif, les formulaires, les procédures ! Cet autre axe fort de progrès mais pas forcément visible de toutes et est déjà l’une de nos priorités depuis plusieurs saisons : assainir, clarifier les procédures, sincèrement, c’est tellement compliqué que ce n’est pas possible de rester en l’état !

. Olivier Leschiera : Avant de parler de l’aspect sportif, as-tu d’autres choses à ajouter ?

. Julien Thiessard : Juste une chose : en parallèle de toutes ces évolutions, il faudra aussi prendre en compte la réforme territoriale qui va toucher l’ensemble des CRE (ndlr : Comité Régional d’Equitation) et forcément faire évoluer au fur et à mesure le paysage territorial.

. Olivier Leschiera : Passons maintenant à la dimension sportive…

. Julien Thiessard : Clairement, nous n’allons pas changer le fond du Horse-Ball. J’ai ma vision du sport telle que j’aimerais qu’il se joue mais ma priorité est de travailler en premier lieu sur toutes les sanctions (celles qui sont écrites en bleu dans le règlement). Avez-vous remarqué qu’elles sont restées les mêmes depuis des années alors que tout a changé autour ? Les chevaux, la technique, la vitesse… Nous travaillons donc à une remise en forme des sanctions, à mieux les structurer, les répertorier par thème pour une meilleure lisibilité par tous. Toujours ce souhait de faire plus lisible, plus simple mais aussi plus juste ! Il faut remettre les sanctions au niveau des fautes en regardant bien ce qui touche à la sécurité, ce qui tient à la faute grossière individuelle et bien tout remettre à la bonne place. Autre piste de réflexion : aujourd’hui, on ne définit pas ce qu’est le passage en force et il va falloir le définir car de telles actions, de telles attaques sont difficiles à défendre. Nous réfléchissons aussi à éviter les buts marqués à l’arrêt parce que toute la défense a été aspirée par le retour à la maison adverse et a oublié un cavalier sous le but : de tels buts ne mettent pas en avant le beau jeu et par exemple, nous pourrions éviter ce demi-tour en interdisant dans les 15 mètres de faire une passe à un cavalier qui n’est pas dans le même sens de jeu. Mais il faudra alors se demander si c’est facile à arbitrer car je réfléchis toujours aussi à intégrer toutes les parties prenantes ! L’important, ce sera de réussir à mettre plus de fluidité, éviter ces paquets de cavaliers et chevaux qui vont tous en paquet sous le but. Une autre de nos priorités, c’est de travailler aussi le bien-être du cheval en l’intégrant dans la procédure de la visite vétérinaire ou en match : peut-on laisser rentrer un cheval qui saigne aux éperons par exemple ? Il faudra avoir cette réflexion !

. Olivier Leschiera : Qui dit règlement, dit arbitrage et officiels de compétition, sujet qui fait toujours beaucoup parler (comme tu auras pu le noter dans les chroniques que j’ai récemment faites…) !

. Julien Thiessard : Absolument et j’ai bien entendu et lu certaines propositions : la première, mettre les arbitres derrière les buts ? La discussion reste ouverte mais j’ai déjà pesé le pour et le contre en concertation avec quelques arbitres. Cette modification entrainera des problèmes qu’il faudra résoudre… et les solutions engageraient, à mon sens, beaucoup trop de complications !  Ce que nous mettons en place doit être applicable sur tous les terrains, partout en France. Nous devons également avoir une politique d’harmonisation. Cette proposition ne serait pas possible partout et tout le temps et elle entrainera l’obligation d’un 4ème arbitre pour le placement des équipes qu’il faudra financer… sans parler des différents positionnements et manières d’arbitrer d’une étape à l’autre, alors même que les officiels seraient les mêmes… Je passe évidemment sur la problématique de suivi et de formation de ces derniers. Le seul avantage est une vision différente qui apportera des bienfaits mais qui (ne nous voilons pas la face) créera d’autres zones moins faciles à surveiller. En résumé, la discussion reste ouverte mais, pour le moment, les arguments ne sont pas assez solides. Nous pourrions aussi, en fonction des rencontres, alterner entre des arbitres à cheval, à pieds sur le côté, sur des chaises derrière les buts… Je reste dubitatif car dans tous les cas, il faut une approche uniforme et réaliste aux vues de notre discipline. Le système idéal n’existe pas…

. Olivier Leschiera : Au-delà du positionnement des arbitres, parlons plus généralement de l’arbitrage à 3…

. Julien Thiessard : Il faut déjà noter que le nombre d’officiels de compétition évolue : si on n’avait pas changé le dispositif arbitral, il est clair que certains ne seraient pas devenus arbitres et que d’autres n’y seraient pas revenus. Des joueurs de plus en plus nombreux viennent renforcer les équipes d’arbitrage sur les étapes. Car si on voyait toujours les mêmes arbitres à cheval, c’est aussi parce qu’ils étaient un tout petit nombre à pouvoir le faire ! Autre point positif en n’ayant plus un arbitre à cheval avec tout le pouvoir (comme un "Superman" au milieu du terrain), les arbitres se placent dans un collectif. J’ai connu des d’arbitres qui ont arrêté car ils étaient pointés nominativement du doigt !

Cette formule d’arbitrage n’est pas pire, pas moins bien que la précédente : elle a juste un an et demi d’existence alors que la précédente était en place depuis 35 ans ! Laissons le système s’adapter au jeu, le règlement sportif évoluer, le jeu s’adapter au système… tout comme les jeunes arbitres se roder mais aussi les joueurs et les entraineurs ! Je le redis, on a maintenant plus d’arbitres, du turn-over positif, des nouveaux qui ne sont pas pires que certains qui étaient là depuis 35 ans. Je n’aime pas comparer ce qui n’est pas comparable mais même au football, des décisions d’arbitrage suscitent des débats et des contestations… Je suis confiant sur ce sujet, et je remercie d’ailleurs les officiels de compétition qui forment aujourd’hui un groupe solidaire en recherche d’amélioration et d’évolutions.

. Olivier Leschiera : Et que penses-tu de l’idée de ne plus avoir 3 arbitres ayant chacun un sifflet mais un sifflet pour l’arbitre central ?

. Julien Thiessard : Pour moi, aucun intérêt de repasser à un sifflet unique car on va revenir à la situation de l’arbitre à cheval qui était la cible unique des joueurs et avait tout le pouvoir mais aussi tout le poids. Nous avons mis l’arbitrage à 3 pour répartir les responsabilités et avoir une bonne répartition des rôles : le sifflet unique irait à l’encontre de cette démarche ! L’arbitre central avec un seul sifflet sera le nouveau "Superman" et cela ne résoudra rien ! Croyez-moi, pour suivre les matches au bord de la chaise, il n’y pas de problèmes dans la répartition des coups de sifflet comme certains le disent : d’ailleurs, à ceux qui en doutent, je vous invite à venir vous essayer à l’arbitrage comme certains commencent à le faire… vous serez étonnés ! Aussi, il existe un guide l’arbitrage qui explique l’intégralité du système (il va d’ailleurs subir des réajustements…) : il n’est pas fait que pour les arbitres mais aussi pour les joueurs et les supporters !

A propos de l’arbitrage, c’est au fond tout un enchevêtrement de choses qui font que certaines choses coincent : il faut arrêter de ne se placer que comme le joueur qui voit l’arbitre comme un méchant, que comme le coach qui ne voit l’arbitre que comme un mauvais ! Il faut avoir une vision globale partant du principe qu’il faut s’améliorer dans tous les secteurs : le jeu ne sera jamais parfait, l’arbitrage ne sera jamais parfait.

. Olivier Leschiera : Y a-t-il d’autres projets sur lesquels la commission travaille ?

. Julien Thiessard : Le dernier axe prioritaire, mais je réalise bien qu’avec les ressources que nous avons et les priorités qu’il faut respecter pour faire déjà évoluer l’existant, il sera peut-être plus long et difficile à suivre : c’est le plan de développement de la discipline au niveau national. Je souhaite proposer un véritable projet au Comité Directeur de la FFE sur ce point. Cela risque d’être long et fastidieux mais c’est essentiel. A mon sens, il faut s’appuyer sur les CRE. Je souhaite tisser un réseau avec des personnes qui connaissent leur territoire. Il faut également former des experts fédéraux qui puissent intervenir sur le terrain dans les centres de formation des enseignants, auprès de clubs qui souhaitent développer l’activité, ou encore lors de rassemblements d’enseignants organisés par les CRE…

Tout cela est un travail de fond à mener avec la Fédération et qui demandera probablement un financement associé à des objectifs clairs. On pourrait aussi imaginer développer des jeux dérivés du Horse-Ball type "Poney-Ball" qui pourraient être pratiqués facilement dans tous les clubs à la fin des reprises et seraient basés sur 5 ou 6 exercices simples à mettre en œuvre. Pourquoi un tel axe de développement ? Parce qu’il faut amener de nouveaux clubs à pratiquer le Horse-Ball ! Regardons les choses : au Grand Tournoi, il y a certes plus d’équipes mais y a-t-il vraiment chaque année de nouveaux clubs qui viennent à Lamotte ? Pas vraiment ! Si on arrive sur chacune des régions (12 CRE) à faire adhérer au moins 2 nouveaux clubs par an, ce sera un vrai progrès !

. Olivier Leschiera : Merci Julien ! Un dernier point à partager pour conclure notre échange ?

. Julien Thiessard : J’en ai déjà touché quelques mots au cours de l’interview… J’aimerai souligner que je suis totalement ouvert à discuter et travailler avec les gens qui veulent faire avancer les choses : les discussions de comptoir, j’en ai menées pendant des années mais le mieux, c’est de faire et d’agir. Mais pour faire progresser notre sport, on ne peut tout de même pas mettre la charrue avant les bœufs et j’ai un rôle de "garde-fou" car tout n’est pas possible ; par exemple, j’entends souvent parler de l’arbitrage vidéo ou de la mise en prison temporaire de joueurs qui feraient trop de fautes dans un même match : ce sont des idées que parfois, j’ai aussi pu avoir mais qui ne sont pas viables avec les moyens dont nous disposons. Comme tout le monde, j’ai rêvé et j’en rêve encore de voir du Horse-Ball en prime-time à la télévision ou aux JO… mais je suis confronté à la réalité du quotidien ! Je n’ai pas d’attache et j’ai mon passé de joueur. Enfin, je suis frappé du grand nombre de personnes qui ne savent pas ou pas assez comment est organisée leur discipline… Il n’y a jamais eu autant d’informations disponibles, de médias pour les mettre à disposition mais en même temps, les gens semblent parfois manquer de curiosité et d’envie de mieux connaitre leur sport… Le Horse-Ball est un sport équestre plein de ressources et de valeurs mais qui manque encore de maturité sur tous les plans. Rien n’est parfait, nous pourrons toujours faire mieux. Dans tous les cas, mon objectif n’est pas de laisser les choses comme elles sont et ne rien faire… alors nous réfléchissons, nous travaillons, nous essayons… Bonne fin de saison à tous !

Horse Ball

  Olivier Leschiera a découvert le horse ball grâce à ses deux filles qui le pratiquent à Montéclin (Ile de France). Grand amateur de sport en général mais non-cavalier, il s'est épris de cette discipline et a à coeur de partager sa passion, soit en commentant régulièrement des matches (il est l'un des speakers sur l'évènement "Jardy - Horse Ball"), soit en écrivant, notamment sur la page Facebook de la HB little family qu'il a créée en ce sens.

Horse Ball

 

Vos commentaires

Publié par DOMMAGE le 26-03-2018 15:07

C'est vrai qu'il est vraiment dommage qu'il n'y ai aucune information sur le stage du week end dernier !
Quid des joueurs et joueuses presentes ? Comment ce la s 'est passe ? des Photos ? des interview des participants ou de l'encadrement ? Ressentis pour le travail a faire ? bref des pistes et un etat du HB francais pour les prochaines echeances ?
C'est dommage que le selectionneur apres son interview post coupe europe plein de projets ne donne aucune info sur le cap a tenir ou encore les prochains programme des equipes de France !
Que se passe t il ? Pourquoi ce silence soudain ? Une defaite doit etre un facteur de motivation et non une honte !
Vraiment dommage pour nos petits cavaliers que les equipes de France ne ferment sur eux memes !

Publié par Fandehorseball le 25-03-2018 12:43

Bonjour. Je regrette qu'il n'y ait aucune information sur les stages qui se deroulent aujourdhui a Lamotte Beuvron.
Quid des participants, des coachs ?
Apres tout, on aime rever nous aussi... et faire rever nos jeunes.

Langue de bois ?

Publié par Complementdenquete le 24-03-2018 22:13

et quel est le programme pour le suivi des jeunes et leurs integration reussie a cheval?

Publié par Sanction le 22-03-2018 00:19

Je trouve l'interview interessante et je pense que nous pouvons nous inspirer du hand... Et faire sortir les joueurs qui font une grosse faute meme si le but a ete marque la faute commise doit etre sanctionne... Alors oui impose un temps va etre complique a gerer avec nos moyens mais sortir le joueur pour une action. Il est oblige de sortir et pourra revenir au prochain coup de sifflet. Les joueurs de horse Ball aime jouer et passer meme une minute sur le bord du terrain les fera reflechir... A reiterer sans moderation...

Publié par Thierry le 21-03-2018 19:34

Bonjour
Pour la progression de ce sport, de son image et particulierement pour les categories reines PE, PEF, P et PF, il me semble que l'obtention du galop 7 devrait etre obligatoire mais aussi important a mon sens un controle du niveau de dressage des montures devrait etre mis en place. Dans certains cas le spectacle est affligeant voir risible.

Publié par Explication le 20-03-2018 20:02

Je suis desole de venir a nouveau ternir la credibilite de Laguerre et Dubois mais selectionner :
Dehaumont (galop 4 et qui joue arreter sous les buts) thouron dupain (mis a part mettre des gros coup de renes a son cheval, il fait rien), charlotte Laguerre (son cheval n arrive meme pas a entrer sur le terrain),et bien d autres exemples ...!
Que se passe t il ? La defaite de l ete leur fait perdre la tete ? Quel exemple devons nous donner a nos joueurs ?
C est vraiment navrant tout cela !
Et maintenant comme sorti du chapeau les -21 ans fille ...
Tres belle mascarade Dubois et Laguerre ... mais svp arretez de prendre le HB pour des idiots !

Publié par interview le 19-03-2018 21:09

Je trouve cette interview tres bien, car on a des reponses claires et une vraie vision des projets, bons ou non pour certains. Je trouve juste dommage que quitte a faire grincer des dents du monde a cause de l amateur elite, il aurait ete interressant de remettre la pro elite a Huit par la meme occasion.
En tout cas si, enfin, les joueurs et surtout les joueuses sont oblige de jouer dans le club ou ils sont licencie ca sera deja une tres bonne chose sportivement. Car des fois c'est a mourir de rire ce que l'on voit...

Publié par Regrettable le 19-03-2018 20:00

Desole mais vos petites guerres intestines sont navrantes (parfois rigolotes mais c'est assez rare). Mais au dela des questions de l'amateur Elite, et plus generalement du haut niveau, qui ne concerne qu'une petie minorite de la population du HB, cette interview est bien plus interessante sur les questions du developpement et de la recherche de formation des centres, surtout pour les plus jeunes. Pour ma part, je partage la vision d'un gars qui semble savoir de quoi il parle, n'en deplaise a certain.
Ce qui est dommage c'est que sur ce forum ne s'exprime que des gens opposes a tout et surtout aux avances ou aux nouveautes. C'est assez regrettable finalement.

Publié par mdrrrrrr le 19-03-2018 19:37

Non par pitie laissez les vices champions d'europe en chef essayer de deja faire leur travail. C'est une tache monstrueuse que de reflechir pour 3 equipes sans competition cette annee (en plus des equipes de leur club). Mdr

Publié par Etalors le 19-03-2018 19:01

Il en pensent quoi Dubois et Laguerre ?
Ils peuvent peut etre avoir des grandes idees sur le Horse ball a defaut des equipes de France ?
Laguerre avait ete drole dans sa derniere interview et Dubois hilarant dans sa selection secrete que tout le monde connait !
Allez une interview des deux selectionneurs svp !!!

Publié par Referendum le 19-03-2018 13:58

Vive la France. Le vote est un droit et un devoir. Qui se permet de decider a la place des joueurs, entraineurs, cavaliers, public et organisateurs ? Hein ? Qui ? Car celui qui bride la parole des gens est un dictateur. J'espere comme tend d'autre qu'un referendum honnete sera fait.

Publié par DUBOISPARLE le 19-03-2018 13:41

Bonjour a tous, apres une ITW ou au moins il y a des explications suite a des decisions pour lesquels nous ne sommes pas forcement d'accord ! Dubois ne pourrait il pas en faire autant ? Quand auront nous la liste des participants au stage du week end prochain ? Quand va t il sortir de son silence ?
Pourquoi ne pas organiser une petition pour le depart de DUBOIS et l'envoyer ensuite a la FFE ?
Car la il nous prends vraiment pour des abrutis, aucune communication car si on lui demande des explications bha... il en a pas... ?

Publié par Quentin le 19-03-2018 12:18

Ouh c'est mal, bouh ! Vilain ! Ouh !
On dirait Macron et Delahousse qui se roulent des pelles pour faire le bilan politique devant les Francais.
Ouh ! Bouh ! Vivement une biere ;)

Publié par omerta le 19-03-2018 11:25

Il n'y a aucun lynchage sur les commentaires c'est bien. Il est bien aussi de donner ses idees et ses opinions dans le respect de tous. Apres il y aura toujours des mecontents (il y a moi-meme des choses sur lesquelles je ne ferais pas la meme chose) mais il y a une vraie logique qui va dans le sens de l'ensemble de HB. Vous prefereriez certainement qq qui ne fait rien, sans aucune vision globale, comme ca a ete le cas pendant les 20 annees precedentes ?
Allez discuter avec lui, c'est assez facile, vous apprendrez certainement un peu mieux comment ca fonctionne. Et si il y trop de 'je' c'est aussi une facon d'assumer les choixs. En ces temps 'd'omerta bleu/blanc/rouge' je ne vais pas m'en plaindre.

Publié par jamaiscontent le 19-03-2018 11:24

2/2 je veux dire par la qu'auparavant tout le monde savait que les selections -21 par exemple se passait uniquement dans les circuits ferme (AE,PRO,PE), nous voyions toujours les memes noms. cependant avec un championnat regional beaucoup plus important et donc un niveau beaucoup plus haut, les selectionneurs devront s'interesser a ces championnats. Les joueurs d'amateurs et de clubs travailleront d'avantages en se disant qu'ils peuvent dorenavant avoir la possibilite d'etre repere et pousse au haut niveau et le niveau general du horseball progressera ! D'est comme cela en gros que je vois ces projet, le horseball etait tres ferme, seul les 'grands' noms du horseball pouvait acceder au haut niveau et aux equipes de France. Avec cette ouverture, beaucoup de jeunes (ou moins jeunes) vont se sentir concernes parle haut niveau et vont devenir meilleur. Le niveau de jeu du horseball s'ameliorera en consequence et developpera le horseball parmi les clubs.

Publié par Jamaiscontent le 19-03-2018 11:22

Vous vous plaignez sans arret que le horseball va 'mal', que les decisions sont 'mauvaises', que personne n'agit. Et quand quelqu'un vous expose enfin tout les projets mis en oeuvre pour developper notre sport vous le lynchez ? Julien a realise une tres belle interview, certes prononcant surement trop de 'je' pour certains, mais au moins il travail a l'amelioration de notre qualite de jeu ! Nous convoitions tous (plus ou moins) l'Amateur Elite, mais aux vues de projets en cours n'est-il pas plus interessant maintenant que ce ne soit plus un circuit ferme ? Avec la mise en place de la coupe de France et des matchs nord/sud, cela va permettre a beaucoup plus de monde de profiter des qualites de jeux dont seul l'elite disposait jusqu'a aujourd'hui. Et c'est ca developper un sport, ne pas aller dans le sens des joueurs (individuel) mais plutot d'une collectivite. Les championnats regionaux vont devenir beaucoup plus plaisant a voir jouer et a jouer, grace au niveau global du jeu qui va considerablement evolue a l'aide de la redescend en region de l'AE et du restes. Le haut niveau paraitra beaucoup plus accessible et donnera aux jeunes une possibilite d'un reparateur par les selectionneurs beaucoup moins 'ferme'.

Publié par pepitooooo le 19-03-2018 10:44

Revenir en arriere sur le fait de laisser des joueurs de categories superieures jouer dans une categorie inferieure serait une grosse boulette... pas meilleur moyen que de fausser un championnat... deja que certaines feminines evoluant dans les secteurs fermes jouent en amateur change la donne...
Pour le reste des pistes, cela parait aller dans le bon sens (du moins un sens). comme l'a dit jeferaijejejej, bcp de 'je' quand meme

Publié par interet le 19-03-2018 10:41

Bonjour : c'est deja le cas aujourd'hui. Tu as plus de chance d'etre a haut niveau dans un gros club que dans un petit. En meme temps si ton equipe est bonne elle est bonne et tu gagnes donc ca change rien.
Moi je pense que ce systeme est bien mais il faut obligatoirement interdire qu'un club puisse avec 2 equipes dans le meme championnat sinon on va se retrouver dans 8 ans avec un championnat pro elite avec chambly 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10. Si c'est interdit cela a un veritable interet car les clubs pourront alimenter et moduler leurs equipes sans squatter plusieurs places pendant des annees.

Publié par Bonjour le 19-03-2018 10:23

Avec ce systeme qui sera tres bien pour les clubs, n'avez vous pas peur de faire disparaitre les petits clubs qui essayent d'avoir une equipe ou associations qui n'ont pas de releve? Faudra-t-il absolument faire parti d'un gros club?
Concernant l'arbitrage, ne faudrait-il pas revoir le point sur l'entre deux de la mort subite qui est bien souvent pas equitable. Partir sur un tirage au sort?

Publié par facile le 19-03-2018 10:03

Une petite idee de mesure facile a mette en oeuvre et qui amenerait credibilite a la discipline ainsi qu un petit pas dans le sens de l'interet pour les pratiquants a se former. Une refonte de la grille des galops exiges pour les differents niveaux de pratique. Aujourd'hui il me parait inconcevable de voir que pour certains des joueurs de nos 3 equipes de france il ne sont titulaires que du galop 4 ou 5 (Julie Laguerre, Benjamin Depons, Mathilde Dubosc...) La mesure est tres facile a mettre en place, il suffit juste d'un peu de volonte politique! Galop 7 obligatoire pour les categories amateur, pro, pro elite. c'est le minimum, imaginer un tableau pour les categories club et poneys. cadets elite par exemple qui est le vivier de l'EDF devrait necessiter u.n galop 6 ou 7. Certains enseignants ne feront que de taper sur leur clavier, d'autres feront reellement de la formation mais nous feront mieux passer le message que le joueur de horse-ball est un cavalier

Publié par travail le 19-03-2018 09:39

Bon article et puis d'accord ou pas d'accord... pour une fois que qq travail.

Publié par jeferaijejejej le 19-03-2018 09:29

Bel article qui arrive un peu tard et peut etre suite aux nombreux messages et montee de grogne dans nos campagnes. Seul bemol, vous etes seul Mr Thiessard pour prendre des decisions, car vous employez essentiellement le terme 'je'...