Actualités, articles, interviews

4  

Au coeur des Bleus 2017 - Etape 3

Auteur : O.Leschiera | Date : 29-03-2017

Les chroniques d'Olivier - Mercredi 29 mars 2017

AU COEUR DES BLEUS 2017 - ETAPE 3 / LE STAGE DU GROUPE FRANCE A LAMOTTE BEUVRON

C’est au sein du Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron que 62 cavaliers se sont retrouvés le week-end dernier pour un stage de détection/travail, premier moment fort de la saison internationale qui conduira le Groupe France jusqu’à Saint-Lô début août pour les Championnats d’Europe pour y défendre les trois titres remportés à Bordeaux en 2015 (U16, Ladies, Pro Elite). Retour sur trois demi-journées de travail, d’analyses et d’échanges à travers trois questions...


QUI A PARTICIPE AU STAGE DU GROUPE FRANCE ?

Quatre catégories de joueuses/joueurs ont suivi le stage :
. 30 cavaliers U16
. 9 cavaliers U21 (dont Ellington Barnes aussi appelé par ailleurs dans la longue liste Pro Elite)
. 13 cavalières Pro Féminine (ou Ladies)
. 11 cavaliers Pro Elite

Par rapport aux longues listes qu’il avait communiquées, Raphaël Dubois a pu compter sur un effectif complet en U21 et en Pro Féminine. Par contre, sur 12 joueurs appelés en Pro Elite, il faut noter l’absence de Johann Pignal qui a décliné la convocation et la présence uniquement à pied de Nicolas Thiessard (blessé aux vertèbres depuis un choc à Deauville) et Romain Depons (le staff ayant choisi avec le Girondin de laisser son cheval Chef de File au repos). Les deux cavaliers de Bordeaux Blanzac ont cependant participé activement au stage au sein du groupe Pro Elite mais aussi en assistant le staff sur certains terrains.

En ce qui concerne les cadets (ou U16), le sélectionneur a convoqué 30 cavaliers sur la cinquantaine ayant postulé, n’ayant retenu, comme il l’avait annoncé dans une de mes précédentes chroniques, que les joueurs "ayant évolué en 2016 à Lamotte en cadets Elite, cadets 1 et minimes Elite".

Côté staff, outre Romain Depons et Nicolas Thiessard déjà cités, Raphaël Dubois s’est appuyé sur Luc Laguerre (qui s’est concentré sur le groupe Pro Elite et les U21), Christophe Désormeaux (qui a supervisé des cadets et les Ladies) et Dominique Bouchery (qui a travaillé uniquement avec les U16 durant le week-end). Raphaël Dubois n’a supervisé que des cadets qu’il ne coache pas dans son club de Salon de Provence afin d’avoir une vision plus complète et plus pertinente de cavaliers qu’il avait déjà pu superviser, pour la plupart d’entre eux, cette saison durant des week-ends de championnats fermés (Rosières, Macon, Deauville…).

COMMENT S'EST DEROULE LE STAGE ?

Les cavaliers ont pu évoluer sous une météo agréable et printanière, le ciel voilé du matin laissant place dans la journée à un temps globalement ensoleillé. Des conditions climatiques favorables et des terrains bien préparés ont permis de travailler dans de très bonnes conditions.

La structure du stage a globalement été la même pour les U16, les U21, les Ladies et les Pro Elite avec trois demi-journées axées sur :

. Le samedi matin : la technique individuelle avec, notamment, des exercices de dressage et de lancements d’attaque sans opposition ; en parallèle, des ateliers de cohésion d’équipes ont été organisés par Martin Denisot, le Conseiller Technique National en charge du Horse-Ball
. Le samedi après-midi : la technique collective avec, notamment, des attaques placées (P3, sortie de touche) face à une équipe en place en défense, les coaches interrompant régulièrement les actions pour critiquer, expliquer, corriger…
. Le dimanche matin : des séances d’opposition simulant des matches

Le samedi, chaque demi-journée a été scindée en deux sous-parties afin que les membres du staff puissent superviser les huit groupes en lice (4 U16, 1 U21, 1 Pro Elite et 2 Ladies)


Un debriefing de la première journée de stage a finalement été organisé en début de soirée : le staff a d’abord pu passer à l’ensemble des joueurs des messages globaux et collectifs avant que Martin Denisot ne présente les éléments de contexte importants sur l’équitation et la compétition en France, le programme des équipes de France 2017 et la charte du cavalier de haut niveau que l’ensemble des participants au stage a ensuite signée. L’occasion de rappeler aux joueurs expérimentés et de présenter aux jeunes cavaliers (et leurs parents) leurs devoirs et obligations quand ils représentent la France en compétition et en stages de préparation.

Le dimanche matin, les cadets ont été regroupés en trois groupes (et non plus quatre comme la veille) de dix cavaliers, chaque groupe étant ensuite scindé en deux équipes de cinq joueurs pour des matches souvent menés en quatre quart temps.

Le Groupe France s’est séparé entre la fin de matinée et le début d’après-midi (pour les cavaliers qui ont préféré manger sur place).


QUELS ONT ETE LES MESSAGES DU STAFF LORS DU DEBRIEFING DU SAMEDI SOIR ?

Commençons par les U16…

Christophe Désormeaux a d’abord mis en avant chez les cadets qu’il a supervisés "une attitude très positive et une volonté de bien faire" puis a souligné un niveau d’équitation globalement insuffisant : "Il y a un monde d’écart avec les Pros Féminines que j’ai ensuite suivies !". Le Girondin a ensuite rappelé aux U16 : "Il ne faut pas que vous vous mépreniez sur le but de ce type de stage qui doit vous servir à réaliser les écarts et les points que vous devez travailler pour remporter Lamotte. Il ne faut pas que vous jouiez perso sur ces stages et il faut que vous bossiez plus vos poneys". Avant de conclure par un message pour les cadets mais aussi à leurs familles : "Les parents sont persuadés que leurs enfants sont des champions mais Raphaël Dubois doit prendre les champions des champions !"

Dominique Bouchery, partageant la critique déjà faite sur le niveau d’équitation des cadets, a complété les propos de son confrère Girondin en notant que "certains U16 qu’on avait vus l’an dernier n’ont pas progressé en un an". Le coach a mis en garde ces cadets 2ème année : "quand vous allez passer à cheval la saison prochaine, ce sera dix fois plus dur !". Dominique Bouchery a aussi regretté que les cadets ne soient globalement pas assez demandeurs de conseils et a enfin terminé son allocution avec une remarque sur l’état des poneys : "On veut des poneys propres, nickels, en forme, qu’on aime regarder ! Le Horse-Ball est né en France et est encore l’image de la France : on ne veut pas des cow-boys qui viennent avec des poneys qui ont la paille dans la queue par exemple".

Une remarque sur l’état des poneys sur laquelle Raphaël Dubois a rebondi : "Il est important d’avoir un poney en forme, il pèse pour 50% dans la sélection. Lors des épreuves internationales, on tire sur les chevaux et leur condition physique doit être excellente ! L’état général de vos poneys est un prérequis : si nous considérons que vos montures ne sont pas aptes à supporter dix jours de stage puis de compétition, nous ne prendrons pas les couples que vous formez". Le sélectionneur a aussi souligné que les trente cadets appelés avaient globalement leur place dans ce stage de détection : "Contrairement à certaines années où nous n’avions pas mis de critères de présélection, nous n’avons pas vu d’extra-terrestres aujourd’hui !". Avant de conclure sur les critères importants qui guideront sa sélection (outre l’état des poneys déjà évoqué) : "C’est le Grand Tournoi qui fera la différence : je veux des joueurs efficaces et surtout quand cela devient difficile. Je mettrai aussi en avant les cavaliers qui font le boulot et pas uniquement celui qui a mis vingt buts dans le tournoi (car celui-ci s’est déjà mis en avant tout seul) : je parle de ceux qui sont là sur les touches, en défense, aux ramassages et qu’on voit peut-être naturellement moins".

Continuons par les U21 et les Pro Elite à travers le bilan dressé par Luc Laguerre…

"Je ressors de la journée avec une bonne première impression du groupe Pro Elite, un groupe nouveau avec des gars que je découvre. Il faudra peut-être du temps à certains pour comprendre mon accent du midi mais l’intégration des nouveaux se fait bien et a été facilitée par mes deux assistants, Romain Depons et Nicolas Thiessard. J’ai apprécié la bonne humeur mais regrette que les joueurs ne soient pas assez performeurs dans cette période de renouveau. J’aimerais que ceux qui sont là depuis longtemps maintiennent le niveau de performance que nous avions : leur ancienneté ne leur suffira pas à être sélectionnés. Je veux de l’émulation, on va taper dans le haut niveau du haut niveau et quand je donne des indications, même si je le fais souvent sur le ton de l’humour, je veux qu’elles soient intégrées. C’est le même constat global d’ailleurs pour les U21… Pour ces derniers, j’ai vu trop de ballons par terre aujourd’hui et je pense qu’il y a un vrai travail de cavalier à fournir : on résout chez certains des problèmes qui sont d’un niveau galop 6 ! On constate parfois trop de problèmes de base, d’équitation et d’application.
A tous, on va vous demander d’être toujours plus précis, toujours plus excellents : celui qui n’est pas précis à huit mètres ne m’intéresse pas, celui qui est précis à dix mètres, j’attends qu’il le soit à douze. Ayez la curiosité d’être des cavaliers et de vous imprégner de meilleur des autres. Profitez-en car une carrière passe vite : vous avez la chance d’avoir une fédération qui met tous ces moyens à votre disposition, profitez-en en bossant dur ! Soyez demandeurs, soyez curieux, nourrissez-vous des autres et surtout, restez des bons gars !"

Finissons par les Ladies et les propos de Christophe Désormeaux et Raphaël Dubois…

Le Girondin a d’abord souligné qu’il a eu face à lui un "groupe ouvert qui l’a agréablement surpris le matin mais qui a manqué de concentration et d’application l’après-midi (sauf à la fin de la session)". Le coach a rajouté : "Le groupe féminin est probablement celui qui a le plus de confort compte tenu du niveau de la concurrence en Europe et il sera compliqué de ne prendre que 8 cavalières, vu le très bon niveau démontré. Il faudra rechercher les filles qui performent le plus".

Raphaël Dubois a complété en rajoutant : "La journée avec les filles s’est bien passée. Contrairement aux critiques faites par Luc, les filles sont globalement meilleures cavalières que les garçons et c’est aussi ce qui explique que le groupe Ladies soit plus jeune et ne soit pas en reconstruction : les filles plus jeunes ont sorti les anciennes plus vite que chez les garçons où les anciens dominaient encore par leurs qualités de cavaliers. Il faut d’ailleurs que les garçons réalisent l’importance de l’équitation car elle fait encore la différence chez eux : ce n’est pas le cas chez les féminines qui ont globalement toutes un niveau assez proche. Il reste quatre journées de championnat pour faire la sélection mais les écarts sont parfois si faibles entre les joueuses qu’il faudra peut-être aussi faire des choix extra-sportifs…"

L’attitude et le comportement en dehors du terrain seront d’ailleurs probablement des critères de sélection pour toutes les catégories comme l’a conclu Martin Denisot : "L’extra-sportif est aussi important et ce, dans toutes les disciplines de la FFE. Pour les cadets notamment, des parents qui n’ont pas un état d’esprit et une attitude conformes à nos valeurs et nos attentes peuvent nuire à la sélection de leurs enfants. L’esprit d’équipe est primordial et tous nos cavaliers qui ont participé et brillé aux Jeux Olympiques 2016 à Rio peuvent en témoigner…"

:: ALBUM PHOTOS DU GROUPE FRANCE A LAMOTTE BEUVRON ::
HB Little Family


Horse Ball

  Olivier Leschiera a découvert le horse ball grâce à ses deux filles qui le pratiquent à Montéclin (Ile de France). Grand amateur de sport en général mais non-cavalier, il s'est épris de cette discipline et a à coeur de partager sa passion, soit en commentant régulièrement des matches (il est l'un des speakers sur l'évènement "Jardy - Horse Ball"), soit en écrivant, notamment sur la page Facebook de la HB little family qu'il a créée en ce sens.

Horse Ball

 

Vos commentaires

Publié par autreavis le 31-03-2017 13:26

Je trouve stupefiant cette facon de tout critiquer de facon negative. Dire qu'il y a des proprets a faire, que le niveau d'equitation n'est pas satisfaisant et ou insuffisant chez certain me semble plutot rassurant... Le contraire voudrait dire que le top niveau est deja atteint pour tout le monde et qu'il n'y aurait plus aucun interet a travailler !! C'est absurde comme resonnement ! Et constater que ses propres cavaliers ont encore du chemin a parcourir pour atteindre le tres haut niveau desire, est une position plutot humble de la part de l'equipe encadrante... et je pense que c'est aussi une facon de faire passer un message a ceux qui ont helas deja un gros melon et un ego surdimensionne et aux parents persuades que leur rejeton est bien meilleur que la concurence...

Publié par formation le 30-03-2017 15:11

'sur les 30 cadets, sauf mauvais calcul de ma part, 16 cadets sont coaches dans leur club par les membres du staff tricolore': ok, donc si le niveau de jeu des cadets n'est pas satisfaisant, c'est que leur formation n'est pas satisfaisante non ? le 'staff tricolore' est-il vraiment au niveau ?!

Publié par Olivier_HBLF le 29-03-2017 15:03

Le staff a voulu faire prendre conscience globalement aux U16 comme aux U21 (voire comme aux Pro Elite) qu'ils doivent travailler dur pour devenir de meilleurs cavaliers (et pas uniquement etre des joueurs de ballon). Ce discours n'est pas nouveau (il avait deja ete fait l'an dernier) et je ne pense pas qu'il faille en conclure que le niveau se degrade : je pense qu'il reste globalement stable d'une annee sur l'autre mais ce constat n'engage que moi. Il pourrait etre eclaire par les membres du staff. De ce que j'ai vu au bord des terrains, les coaches du staff tricolore ont pris du temps pour transmettre leur savoir-faire durant ce stage et j'imagine qu'ils le font tout autant dans leurs clubs avec leurs cavaliers... Juste une info factuelle que je n'ai pas donnee dans la chronique (elle appellera forcement certains a critiques ou reactions) : sur les 30 cadets, sauf mauvais calcul de ma part, 16 cadets sont coaches dans leur club par les membres du staff tricolore. OL

Publié par decu le 29-03-2017 13:57

Donc a vous ecouter personne a le niveau UNDER16? Les cavaliers se degradent ? Les selectionneurs sont tout d'abord coach donc c'est aussi a eux de donner leur savoir faire a leurs cavalier !!! Cest facile les remarques, et puis toujours la meme chose, le copinage! C'est pas comme ca que nous verront du beau ju collectif! Mauvaise habitudes qui s'amplifie ..

Réagissez à cet article
  1.   caractères de aA à zZ, 0 à 9 et signes - . _
  2.   entrez le code sur votre gauche *
  3. Les opinions émises n'engagent que leurs auteurs. L'équipe de www.horse-ball.org se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises. * Champs obligatoires