Actualités, articles, interviews

1  

World Cup : Under 16 (France)

Auteur : O.Leschiera | Date : 07-07-2016

Les chroniques d'Olivier - Mercredi 06 juillet 2016

WORLD CUP (Ponte de Lima) : UNDER 16 (France)

Deuxième étape de mon tour du Monde en ballon (de Horse-Ball) et cap vers quatre des huit cadets qui porteront les couleurs de la France à la prochaine Coupe du Monde à Ponte de Lima. Trois gars, une fille : Leo-Paul Thevenon, Max Vincent, Tristan Saunier et Julie Laguerre.

L’échange commence par une présentation avec tout d’abord, Léo-Paul qui joue au Horse-Ball depuis 10 ans et sa première année de moustiques : "Depuis le début, à Saint-Lô avec presque la même bande de potes !". Un club dans lequel évolue aussi Max Vincent depuis 2011. Pour sa part, Tristan Saunier a commencé à jouer à l'âge de 8 ans avec le club de CMA Fournès et évolue désormais avec l'association Horse-Ball Aramon Gard où il fait équipe avec Julie Laguerre qui a, elle, débuté à jouer à l'âge de 12 ans environ : "C’était en Benjamins deuxième année !" nous précise d’ailleurs l’unique cavalière appelée dans la sélection Française. Sacrée championne d’Europe U16 en 2015 à Bordeaux au sein d’une équipe où elle évoluait avec 3 autres équipières (Perrine Court, Baptistine Septvents et Roxanne Dubois), Julie nous confie ce qu’elle ressent à l’idée d’être l’unique fille dans le groupe des cadets à Ponte de Lima : "Ce sera une découverte car j'ai toujours joué dans des équipes mixtes où la parité était quasiment respectée ! Cela ne m'impressionne pas vraiment, je ne compte pas me laisser faire !". Avant de conclure avec un sourire et un clin d’œil, comptant bien s’appuyer sur l’expérience de Christine Laguerre : "Une fois de plus, ma mère va me conseiller !".

Leo-Paul Thevenon (Saint Lô / Cadets Elite)

Quand on commence à discuter avec nos quatre Bleuets de leurs qualités dans le jeu et les points sur lesquels ils doivent progresser, on ressent immédiatement beaucoup d’humilité, une humilité sincère et teintée de raison. Léo-Paul lance immédiatement : "J'ai beaucoup de progrès à faire dans tous les secteurs de jeu, que ce soit en touche, en attaque ou en défense !". Tout un programme que ne renie pas Julie : "je suis à peu près moyenne dans tous les secteurs de jeu et j'ai des progrès à faire partout". Max, qui évolue au poste 4, reconnait avoir aussi beaucoup de travail à fournir pour s’y améliorer. Quant à Tristan, s’il avoue se sentir plus efficace en attaque car il arrive à bien voir le jeu, il sait aussi qu’il doit travailler en défense et aussi sur les lancers en touche.

Max Vincent (Saint Lô / Cadets Elite)

Comme il n’y a pas de bon Horse-Balleur sans bonne monture, c’est l’occasion de demander à nos cadets de nous parler de leurs poneys. Tristan Saunier se lance : "Mon poney s'appelle Barock et est âgé de 19 ans. Je ne le monte que depuis septembre dernier mais nous nous sommes très bien trouvés. Je l'ai mis en pension chez mon coéquipier et aussi joueur de l'Equipe de France U16 Benjamin Boisson. Il appartient à Florence Roujou et Axell Nicol. Ses qualités sont qu'avec son âge, il est toujours aussi rapide et qu’il sait qu'il faut faire dans le jeu. Il a un défaut en particulier qui m'énerve un peu, c'est qu’il peut être un peu craintif". Max Vincent enchaîne : "Jackson Armor est un poney génial et il a aussi 19 ans. Il est très attachant, très intelligent et aussi très résistant. Je l'ai rencontré aux Championnats d'Europe à Saint-Lô, il était alors monté par Loïs Rigaud. Il a un caractère dominant, ce qui est bien dans le jeu mais sinon avec les autres chevaux, quand je pars en balade, il est un peu... chiant (sic !) : c'est son seul petit défaut". Léo-Paul nous parle alors de son poney qui s'appelle Quick de Bel : "Il va sur ses 12 ans, il est très affectif et c'est un bonheur de le monter sur un terrain de Horse-Ball. Son petit défaut est d'être un peu fainéant au travail mais sinon, c'est vraiment un super poney". Quant à Julie Laguerre, son poney s'appelle Saphir Boneille : "C'est un petit poney gris d'1m45 qui est très vaillant sur le terrain. Il a du sang mais commence à prendre du métier : il faut donc de temps en temps le bouger pour défendre alors qu'il est très volontaire en attaque et me ramène facilement sous le but aile droite. Il chauffe très facilement sur la touche tout seul mais peut gicler fort ou reculer".

Julie Laguerre (Aramon / Cadets Elite)

En écoutant ces jeunes cavaliers, on a envie de revenir sur l’instant où ils ont appris leur sélection pour savoir ce qu’ils ont alors ressenti. "Ce moment où l'on entend son nom prononcé par le sélectionneur est magique !" avoue Léo-Paul. "J'étais déjà heureux avec le titre en Cadets Elite avec Saint-Lô mais là, c'était la cerise sur le gâteau ! Jouer un Championnat du Monde est une expérience unique, surtout à mon âge : je vais en profiter à fond et tout donner !". Une expérience qu’il vivra donc avec son partenaire de club, Max Vincent qui se rappelle : "Sur le moment, j'ai ressenti une joie terrible, je ne me suis pas retenu de crier et de sauter dans les bras de mes coéquipiers. Même dans les bras de la mascotte ! C'est après que je me suis dit : "Mais pourquoi j'ai sauté dans les bras de la mascotte ?". C'est une sensation que je ne connaissais pas encore chez moi et cela fait plaisir quand elle est là !". Tristan complète : "On ressent alors un sentiment de joie et de fierté mais en même temps, on ne réalise pas trop ce qui nous arrive. Quand je pense aux prochaines échéances, je me dis que c'est fou car on va quand même représenter la France pour le Mondial de Horse-Ball et que pas beaucoup de monde n’a la chance d'y participer". C’est Julie qui clôt cette partie de l’échange : "Entendre son nom lors de l’annonce de la sélection, c'est vraiment quelque chose de fou ! Toute la pression du championnat retombe et les larmes de joie suivent facilement... Surtout quand c'est avec deux de mes coéquipiers ! Je suis fière d’être dans la sélection U16 pour la seconde fois car c'est difficile d'être régulière sur plusieurs saisons d'affilée mais je suis aussi extrêmement déçue pour Baptistine (ndlr Septvents) qui est mon binôme depuis les Championnats d'Europe à Bordeaux et qui va beaucoup me manquer sur le terrain… Même si j'espère la retrouver en féminine dans quelques années !".

Tristan Saunier (Aramon / Cadets Elite)

L’émotion et l’impatience sont palpables dans les réponses de nos quatre Bleuets : on a alors envie de savoir s’il y a des joueurs plus expérimentés qu’ils ont hâte de côtoyer sous le maillot bleu et s’il réalise ce qu’ils vont vivre. Tristan  nous confie : "Mes joueurs préférés sont Mikel Le Gall et Benoît Lévêque. Car j'aime bien leur style de jeu (les très belles passes de Mikel et l'audace de Benoît). Si je réalise que je vais les côtoyer ? Oui et non mais sincèrement, ce n'est pas cela le plus compliqué à réaliser !". Julie continue : "Je suis aussi fan de Mikel Le Gall sur l'Hammamet pour la rapidité du cheval et les bouchons qu'il met en défense. J'adore aussi Benoît Lévêque sans oublier Romain Depons et Florian Moschkowitz : tous pour leur efficacité exceptionnelle dans tous les secteurs sur le terrain et leurs immenses palmarès". Max Vincent cite à son tour Mikel Le Gall mais aussi "Clément Haby, tous les deux pour leur sang-froid, leur technique, leur bien-être avec le ballon et leur sens du collectif. Ce sont des gars que j'admire ! Cela sera un très grand plaisir de partager des moments avec eux !". Mikel Le Gall fait définitivement l’unanimité puisque Léo-Paul le cite aussi : "Je l’admire depuis longtemps déjà. En technique individuelle, il est pour moi l'un des meilleurs et son cheval sait lier vitesse, réactivité et calme. C’est un plaisir de le voir jouer".

L'équipe de France Under 16

Avant de quitter nos quatre cadets et de leur donner rendez-vous à Ponte de Lima, on leur demande s’ils ont envie de nous confier un message particulier. Tous ont le même réflexe sincère, celui de dire merci. Léo-Paul évoque toutes les personnes qui lui ont permis d’accéder à ce rêve et surtout son équipe de Saint-Lô sans laquelle, "rien n’aurait été possible". Max lance alors : "Je veux juste remercier mes parents, Jean-Marc (ndlr Saur) et sa famille, mes coéquipiers du tonnerre, mon frère Lois pour ses petits conseils sur Jackson et bien sûr, toutes les personnes de Saint-Lô : je pense bien évidemment à Jean-Loup, Juju, Tige, Pierrot, Fabien (Valoche), Christine, Jean-Chris, Jean-Kev et bien d'autres... Je veux juste leur dire : rendez-vous à Ponte De Lima les amis !". Tristan Saunier ajoute : "Je voudrais remercier le club de CMA Fournies, l'association d'Aramon (en particulier Luc et Christine Laguerre), Roxanne Dubois, toute ma famille et surtout ma mère car ce sont grâce à eux que j'ai réussi à accéder à l'équipe de France". Le mot de la fin reviendra finalement à Julie Laguerre avec un sourire : "Je veux juste remercier toutes les personnes qui ont crié pour nous sur le bord des terrains ou nous ont soutenus cette saison !".

Horse Ball

  Olivier Leschiera a découvert le horse ball grâce à ses deux filles qui le pratiquent à Montéclin (Ile de France). Grand amateur de sport en général mais non-cavalier, il s'est épris de cette discipline et a à coeur de partager sa passion, soit en commentant régulièrement des matches (il est l'un des speakers sur l'évènement "Jardy - Horse Ball"), soit en écrivant, notamment sur la page Facebook de la HB little family qu'il a créée en ce sens.

Horse Ball

 

Vos commentaires

Publié par Pitou le 07-07-2016 11:01

Vous inquietez pas on va ramener nos grandes gueules de saint lois a ponte !
Vous allez nous entendre ?

Réagissez à cet article
  1.   caractères de aA à zZ, 0 à 9 et signes - . _
  2.   entrez le code sur votre gauche *
  3. Les opinions émises n'engagent que leurs auteurs. L'équipe de www.horse-ball.org se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises. * Champs obligatoires