Actualités, articles, interviews

1  

DOSSIER : L'arbitrage en France - I

Auteur : ML / www.horse-ball.org | Date : 13-11-2013

Dossier de www.horse-ball.org : L'arbitrage en France avec Philippe Di Marzio - Partie I

Affirmer que le horse ball est un sport éminemment collectif ne constitue pas une réelle avancée dans le monde du horse ball. Cependant réaffirmer cet état de fait est primordial pour cerner les enjeux du thème abordé aujourd’hui : l’arbitrage en France.

L’arbitre de horse ball fait partie intégrante du jeu : effectivement, sans arbitre pas de match. A la manière de n’importe quel autre sport d’équipe, l’arbitre est au moins aussi important que le dressage du cheval ou la maîtrise du ballon. Seuls juges sur les matchs, les arbitres sont les modérateurs et les protecteurs du jeu. Plus largement, ils sont garants de la sécurité sur et autour du terrain.  Au nombre de 2 (un arbitre de terrain et un arbitre de chaise), ils peuvent être accompagnés d’un arbitre de sécurité, qui est en revanche obligatoire en Pro Elite.

Qui sont ces personnes qui sanctionnent, rappellent à l’ordre... et coupent le jeu ?

Le horse ball est une discipline régit par les règles et règlement de la Fédération Française d’Equitation. Les arbitres font partie de la grande famille des Officiels de Compétition. Il existe une multitude de fonctions, toutes disciplines confondues, derrière ce terme générique : commissaire au paddock, chronomètreur, chefs de piste, juge... et arbitres de horse ball ! Il en découle une hiérarchie dans les compétences arbitrales. En effet, il existe trois échelons : CLUB, NATIONAL et NATIONAL ELITE.

D’après le règlement fédéral, pour chaque compétition de horse ball, outre les 3 arbitres indispensables au déroulement d’un match, les organisateurs font appel à un Président de jury (aussi appelé "Superviseur") . Ce dernier n’est autre qu’un arbitre présent sur la liste des Officiels de Compétition et qui est en charge de superviser l’ensemble des rencontres d’une étape. Interlocuteur privilégié pour les arbitres et l’organisateur, il est responsable des décisions rendues. Pour endosser la responsabilité de Président de jury, sur des étapes d’un niveau Amateur Elite ou Pro, ce dernier doit avoir au minimum la qualification d’arbitre National. Seuls les arbitres Nationaux Elite ont l’habilitation nécessaire pour officier en temps que Président de jury sur les étapes Pro Elite.

Pour ces hommes tant conspués qu’applaudis pour leurs décisions, une cohésion, une institutionnalisation des statuts permet de les protéger et de renforcer une légitimité indispensable au respect de la fonction. Si le jeu est la structure de ce sport, l’arbitre en est la clé de voûte qui tient l’édifice debout.

Fort  de ces précisions, il apparaît que l’arbitre de horse ball entre dans le processus fédéral, du fait même d’un statut prévu par le règlement officiel. Mais qu’en est il dans la pratique ? Quelle est la réalité de l’arbitrage du horse ball français ? C’est dans le but de répondre à ces interrogations, de mieux comprendre le rôle et les missions de ces hommes en noir que la rédaction de www.horse-ball.org va se pencher sur cette question. Au travers de plusieurs interviews, nous nous plongerons dans le monde trop méconnu des arbitres de horse ball. Pour cette première interview, notre rédaction a souhaité interroger Philipe Di Marzio, arbitre de la région Lorraine de niveau CLUB : ses attentes, ses projets, ses aspirations... La parole est maintenant à Philippe Di Marzio !

. www.horse-ball.org : Bonjour Monsieur Di Marzio, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
. Philippe Di Marzio : Il n'y a pas grand chose à dire, j'ai 49 ans. Je ne suis pas un professionnel de l'équitation. Je me partage entre la Lorraine (ma région) et Paris où je travaille. Je reste un "jeune" arbitre, avec 4 ou 5 ans d'expérience. Passionné par ce sujet, et agacé d'entendre des réactions injustifiées au bord des terrains, j'anime un blog sur l'arbitrage (modestement au niveau Club) pour expliquer aux joueurs et aux supporters les points du règlement de manière lisible.

. www.horse-ball.org : Comment en êtes vous arrivé à vous mettre à l’arbitrage ? Etes vous joueur ou l’avez vous été ?
Philippe Di Marzio : Je suis arrivé à l'arbitrage un peu par hasard. Je venais de commencer à jouer (oui, on peut commencer le horse ball à tout âge) et premier supporter de ma fille, je me suis intéressé naturellement au règlement pour comprendre ce qui se passait sur le terrain. Comme je suis avocat (même si je n'exerce pas) cela m'est apparu assez intéressant. En championnat régional, les arbitres ne se bousculent pas, alors ça s'est fait un peu sans que je le décide vraiment. Mais je ne le regrette pas. Au contraire. Oui, je suis (toujours) joueur. Je joue en catégorie Club, en régional Elite dans le championnat de ma région, au sein de l'équipe de Bel Air.

. www.horse-ball.org : Quelles sont les catégories que vous avez pour habitude d’arbitrer ?
. Philippe Di Marzio : J'arbitre toutes les catégories jeunes et les seniors mixtes, jusqu'à ma propre catégorie. En région, et bien sûr à Lamotte. Je n'estime pas avoir l'expérience nécessaire pour arbitrer au-delà, même s'il m'est arrivé quelquefois de tenir la chaise en féminines... et désormais l'arbitrage de sécurité sur la journée de Pro Elite de Rosières.

. www.horse-ball.org : Comment se passe votre "formation / encadrement" sur les journées que vous arbitrez ?
. Philippe Di Marzio : La formation est le point faible de notre sport. Un point à améliorer certainement. Je me suis formé au règlement seul, et j'ai échangé avec des arbitres pour le reste, j'ai regardé beaucoup de matchs sous cet angle, et bien sûr suivi un stage à Lamotte. Mais on est dans une démarche très individuelle... Depuis un an, notre région met en oeuvre un programme de recrutement et de formation de nouveaux arbitres. Et un encadrement des journées avec la présence systématique d'un référent. De quoi faire avancer les choses.

. www.horse-ball.org : Vous arrive-t-il d’arbitrer votre propre catégorie ? Si oui, observez vous un comportement différent de la part des joueurs, adversaires potentiels, vis à vis de vous ?
. Philippe Di Marzio : Oui, il m'est arrivé d'arbitrer ma propre catégorie. Je n'ai pas constaté de différence particulière dans l'attitude des joueurs. Je crois que si l'on arbitre honnêtement et sérieusement, il n'y a pas de raison pour que cela pose problème. L'arbitre doit se comporter comme tel, et rester dans ce rôle pendant tout le match, et alors, pas de confusion...

. www.horse-ball.org : Y a-t-il un suivi, un référent, vers qui vous pouvez vous tourner en cas de difficultés, durant un match ou sur le site de la compétition ? Quels sont vos interlocuteurs en cas de doute, d’interrogation sur des points de règlements ou sur les comportements à adopter sur un terrain ?
. Philippe Di Marzio : Depuis un an, nous l'organisons systématiquement au niveau régional. Il m'arrive d'y participer moi-même. C'est important. L'arbitrage de horse ball est beaucoup plus collectif que ne le pensent les spectateurs. Un échange permanent, par la voix et le geste entre les deux arbitres, plus le regard du référent. C'est important, même si l'arbitre à cheval doit conserver le dernier mot. Le règlement proprement dit n'est pas un vrai problème pour moi. Je crois le connaître assez bien (cf. mon blog). Ce sont les situations de jeu et les attitudes qui obligent les arbitres à trancher en fonction de leur point de vue...

. www.horse-ball.org : Qu’est ce qui vous a le plus surpris, quant aux compétences nécessaires à la fonction d’arbitre, et qui ne sont peut être pas des qualités premières pour vous ?
. Philippe Di Marzio : Je m'attendais à devoir bien connaître le règlement. Pas forcément à devoir décider vite, y compris sur des points compliqués, parfois difficiles à trancher, en étant soi-même au milieu du jeu, à cheval. Honnêtement, avant de critiquer les arbitres (comme dans tous les sports, sans doute) il faut avoir essayé... Enfin, il est difficile de prendre de la distance et d'endosser ce rôle d'arbitre, dans un milieu où chacun se connaît. Une attitude à se composer...

. www.horse-ball.org : Vous n’êtes pas sans savoir que le horse ball est un sport de contact. A ce titre, l’arbitre est bien souvent la seule personne sur le terrain à avoir la tête froide, ce qui lui permet de rester lucide sur le jeu. Au delà de représenter l’aspect coercitif du règlement, il en incarne aussi tout l’aspect de protection des chevaux, des joueurs, et du respect entre ces derniers. Comment, personnellement, trouvez vous votre place dans ce rôle de "médiateur / modérateur" ?
. Philippe Di Marzio : J'ai coutume d'insister beaucoup sur cet aspect. Notre sport est spectaculaire. Il peut être dangereux, si l'on n'y prend garde. C'est sans doute le cas de tous les sports, mais avec des chevaux d'une demie tonne lancés au galop... Quant au respect entre joueurs (et à l'encontre de l'arbitre) je trouve que c'est, là encore, très important. Je me sens assez bien dans ces rôles... peut-être un effet de l'âge ?

. www.horse-ball.org : Vous arrive-t-il de devoir gérer des situations conflictuelles, des désaccords entre joueurs ?
. Philippe Di Marzio : Tout arbitre finit par gérer des désaccords entre joueurs, voire quelques mauvais gestes de "règlement de comptes"... mais ils sont assez rares, finalement. On constate plus de fautes dans l'excitation du moment. Les spectateurs sont parfois plus difficiles à gérer, d'autant qu'ils ne peuvent pas toujours apprécier les décisions des arbitres, faute de connaître le règlement.

. www.horse-ball.org : Avez vous eu déjà conscience d’avoir fait une erreur d’arbitrage importante ? Si oui, quelles ont été les réactions des joueurs, des coachs ? Cela vous a-t-il fait peur sur vos volontés de devenir arbitre ?
. Philippe Di Marzio : L'arbitre qui prétendrait ne s'être jamais trompé, ou n'avoir pas été un peu influencé n'existe pas. Chacun commet des fautes dans l'appréciation, ou en ne prenant pas une décision devenue difficile à corriger lorsque le jeu - très rapide au horseball - ne permet plus d'y revenir. C'est ainsi, comme dans tous les sports. Il faut relativiser ces fautes. Le superviseur peut également intervenir si cela le nécessite. L'arbitre - quel que soit son niveau - accepte de prendre une lourde responsabilité. Pour ma part, je sais en général lorsque je me suis trompé, et j'essaie de l'éviter, évidemment.
Au début, le jeune arbitre n'est pas capable de relativiser ses erreurs, plus ou moins importantes. Tout prend des proportions énormes, et on doute. Avec l'expérience, on dépasse ces difficultés. Les arbitres sont déjà trop rares. Il ne faut pas renoncer pour cela, mais chercher à progresser, à apprendre de ses erreurs.

. www.horse-ball.org : Vous êtes également présent sur des étapes Pro Elite en tant qu’arbitre de sécurité. Comment cette possibilité de faire votre entrée dans la catégorie a-t-elle été possible ?
. Philippe Di Marzio : Les arbitres sont rares. On fait appel aux bonnes volontés, sans doute. Je ne m'enorgueillis pas particulièrement d'avoir été choisi, même si j'avoue que cela fait plaisir d'apporter un modeste coup de main dans la catégorie reine de notre sport. Pour que ce soit possible, je suppose qu'il faut s'impliquer, arbitrer régulièrement... 

. www.horse-ball.org : Quel est votre objectif en tant qu’arbitre, notamment en étant arbitre de sécurité de Pro Elite ?
. Philippe Di Marzio : Mon objectif en tant qu'arbitre ? Rendre possible le championnat régional. Sans arbitres, pas de matchs... Personnellement, j'y trouve du plaisir. C'est très enrichissant, et sans doute, lorsque je m'estimerai trop vieux pour jouer - pas tout de suite - cela me permettra-t-il de continuer à me frotter à un sport que j'aime. En tant qu'arbitre de sécurité sur la Pro Elite, de rendre les matchs possibles, puisque ce 3ème arbitre y est obligatoire. Et pour moi, de voir de près les matchs et leur arbitrage. Une expérience toujours utile.

. www.horse-ball.org : Pouvez vous nous décrire les fonctions de cet arbitre ?
. Philippe Di Marzio : C'est l'arbitre le moins important des 3. Il ne participe pas à la prise de décision, mais s'assure que le terrain est en bon état, ne présente pas de danger, pour les joueurs. Il contrôle l'état des chevaux (et des joueurs) afin de déceler des blessures. Enfin, il est le garant du bon comportement des remplaçants, des coachs et des soigneurs sur le bord du terrain, dont il contrôle les entrées et sorties.

. www.horse-ball.org : Quel plaisir trouvez vous dans l’arbitrage ?
. Philippe Di Marzio : Le plaisir d'évoluer à cheval, sur un terrain de horse ball ne doit pas être négligé. Je monte plus de temps comme arbitre que comme joueur, sur une journée. Ensuite, le défi intellectuel. Apprécier le jeu et le réguler. Trancher. S'impliquer pleinement.

. www.horse-ball.org : Donnez moi 1 avantage et 1 inconvénient à arbitrer ?
. Philippe Di Marzio : Un avantage ? Décider. Un inconvénient ? Décider. Les arbitres ont le pouvoir de décider. Ils doivent aussi l'assumer, même à deux. Face à des joueurs et des supporters qui ne les respectent pas toujours.

. www.horse-ball.org : Quels sont, selon vous, les points du règlement à améliorer ? Quel est l’avenir du horse ball, concernant les évolutions du règlement ?
. Philippe Di Marzio : Je ne suis peut-être pas le mieux placé pour répondre à ces questions, faute d'expérience. Par définition, un règlement est toujours modifiable. Reste à savoir dans quel but. Améliorer la sécurité, ou assurer le spectacle. Certains points sont difficiles à arbitrer. La question récurrente des 10 secondes revient sans cesse, par exemple. Faut-il pour autant supprimer cette règle ? Je ne le crois pas pour ma part. Mais on peut y réfléchir. J'apprécie beaucoup d'avoir enfin un outil pour obliger l'équipe qui mène à attaquer, surtout en fin de match, par exemple. Avant tout, il convient peut-être de bien diffuser le règlement actuel, auprès des joueurs et des supporters, avant même de changer des règles qui fonctionnent. Former tous les joueurs aux règles de leur sport. Un objectif qui m'est cher et auquel je contribue modestement à travers mon blog et en formant nos joueurs (toutes catégories) dans mon club de Bel Air.

. www.horse-ball.org : Merci beaucoup pour toutes ces réponses et bon courage pour la suite de votre carrière dans l'arbitrage !

 

Vos commentaires

Publié par Barniedelaurieville le 14-11-2013 10:45

Bravo au journaliste du site pour cette article, le sujet est bien traite, les questions sont pertinentes et neanmoins taquines...On decouvre un personnage qui realise son reve et c'est assez poignant. J'espere que JM Saur et Denis Boulard vont s'inspirer de Philippe dans l'approche philosophique et technique de l'arbitrage horseballistique.

Réagissez à cet article
  1.   caractères de aA à zZ, 0 à 9 et signes - . _
  2.   entrez le code sur votre gauche *
  3. Les opinions émises n'engagent que leurs auteurs. L'équipe de www.horse-ball.org se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises. * Champs obligatoires